Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous sommes aux premières loges pour dénoncer les groupes terroristes qui en France et dans le reste du monde assassinent et mettent en péril les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité que notre syndicalisme défend.

Mais la Ville de Paris a décidé de mettre en place un dispositif de surveillance entre collègues contraire aux principes démocratiques que nous défendons et facteur majeur de risques sur les conditions de travail. Il n’appartient en aucun cas aux employeurs de se substituer aux services de police ou au rôle de prévention des services sociaux à destination des usagers et encore moins d’organiser une surveillance généralisée de leurs salariés. Cette surveillance accompagnée de délation stigmatise immanquablement nos collègues « musulmans» quelles que soient leurs convictions politiques ou religieuses et développera le racisme et les conflits entre collègues.

Cette surveillance est en totale contradiction avec la prévention des risques psycho sociaux et l’amélioration de la qualité de vie au travail. Elle représente un dangereux précédent sur lequel pourraient s’appuyer à l’avenir des forces profondément anti-démocratiques et nous rappelle de tristes souvenirs.

Lutter contre le terrorisme ne doit pas se faire par n’importe quel moyen mais pour les agents publics dans le cadre de l’article 40 du code de procédure pénale. « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Les mesures décidées par le secrétariat général de la Ville de Paris

Extraits du document diffusé aux organisations syndicales

 

Les agents de la Ville peuvent être confrontés, dans l’exercice de leurs fonctions, à des comportements ou des situations qui les alertent de la part de leur collègue.

Pour leur répondre et les accompagner en toute confidentialité la Ville de Paris met en place un mail dédié : Radicalisation@paris.fr

 

Une cellule d’accompagnement composée d’agent de la DASES, DPSP, DAJ, DRH et pilotée par le SG cette cellule a pour mission de :

•Recueillir les informations via le mail dédié.

•Qualifier les informations recueillies (disciplinaire, laïcité, suspicion de radicalisation).

•Écouter, conseiller, accompagner les agents qui le souhaitent.

•Alerter la hiérarchie des directions concernées.

•Transmettre les signalements aux autorités compétentes si besoin.

 

Dans ce cadre nous sommes aussi inquiets du contenu que peuvent prendre les séances de formation dispensées par la Ville de Paris à plusieurs centaines d’agents.

Le SUPAP-FSU demande donc à la Ville de Paris de renoncer à ce processus dangereux pour les agents et les libertés démocratiques et sociales et ne participera à aucune concertation avec la Ville de Paris sur ce sujet.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article