Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Malgré certaines améliorations, nous  voterons contre le bilan sur les contrats aidés.

Avant de parler de ce qui va mal, évoquons ce qui va mieux par rapport à une période ou non seulement les personnels n’étaient pas formés mais pouvaient paradoxalement être amenés à former des collègues titulaires détournant de manière évidente le sens du dispositif.

  • En premier lieu nous constatons un meilleur suivi des formations  de nos collègues et ce n’est pas négligeable sachant  là d’où on vient il y a encore 5 ans, c’est-à-dire très peu à la fois sur le plan quantitatif au point que pendant plusieurs  et pour éviter des requalifications des contrats en CDI, n’importe quelle formation, y compris inadaptée était proposée aux agents
  • un souci de la qualité des tuteurs et l’attribution d’une NBI à ces derniers alors que  dans de nombreuses situation, jusqu’ici,  le tuteur n’était d’aucune aide pour les agents
  • un maintien dans l’emploi des collègues âgés de plus de 58 ans jusqu’à ce qu’ils prennet l’initiative de faire valoir leurs droits à la retraite

Malgré ses efforts le taux de sortie positive s’est détériorée passant de 30% à 26% avec seulement 69 collègues recrutés par la Ville. Contrairement à d’autres collectivités territoriales, la Ville n’est pas capable de s’engager sur des débouchés à l’échelle 3 pour nos collègues en contrat aidés. C’est particulièrement vrai dans la filière administrative compte tenu de l’absence de recrutement externe et des décisions prises en matière de reconversion, mais cela l’est aussi dans les autres filières.

Nous apprécions que la collectivité parisiennes soit l’une des rares à faire bénéficier les collègues en contrat aidés d’emplois à plein temps

Pour autant nous n’acceptons pas :

  • Que le dispositif continue à être détourné en pourvoyant avec des personnes très qualifiée des postes à la DICOM et dans les cabinets
  • Que la grande majorité des agents, en particulier les CUI en contrats classiques continue à occuper des emplois permanents se substituant pour faire tourner les services à des emplois de fonctionnaires. Ce n’est ni l’esprit, ni la  lettre de la loi et cela a été condamné par la cour de cassation. que penser de direction comme la DDCT où les collègues représentent plus de 10% des emplois ? 
  • que des personnels en contrat aidés travaillent seuls à l’entrée de bâtiments administratifs ou sur des équipements de la Ville
  • que la Ville refuse de payer les heures supplémentaires effectuées à la demande de l’employeur et impose la récupération
  • que la ville refuse une rémunération complémentaire aux collègues bénéficiant de qualifications reconnues

Voir aussi notre document de quatre pages sur les droits des agents :

http://data.over-blog-kiwi.com/2/08/05/40/20170511/ob_71e9ba_cui-cae-v2.pdf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article