Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Par message du 30 mai, le directeur de la DRH veut bien nous faire savoir qu’il s’est « penché » (c’est le terme employé, qui en dit déjà long) sur l’organisation collective du travail de la direction afin de la rendre plus « harmonieuse et efficace »

Ce qu’il y a de proprement insupportable dans ce message c’est d’abord son ton et l’impression qui s’en dégage d’un mépris souverain. C’est le seigneur qui s’adresse à ses serfs, c’est celui qui sait qui s’adresse à la masse des ignorants qui l’entoure et leur fait savoir ce qui est bien pour eux. Certes le message, dans une volonté qu’il convient d’afficher de faire démocratique, s’empresse de préciser  que les mesures annoncées « ont ensuite été partagées avec vos représentants, qui les ont enrichies de propositions complémentaires ». Mais hélas, ces représentants n’ont jamais pris la peine de nous consulter, sans doute persuadés d’avoir la science infuse et nous considérant foncièrement incapables d’avoir un avis sensé sur comment organiser notre travail, de « manière harmonieuse et efficace »

On se doute que si on s’est ainsi passé de notre avis c’est que les mesures décrites dans la note jointe au message n’ont rien qui puisse nous être particulièrement agréable. Citons, pour rire :  « développer les méthodes consultatives au sein de la DRH à travers des consultations d’agents » ou encore :  « développer des actions de communication interne au sein de la DRH pour mieux partager l’information » .Il faut croire que ces belles paroles ne s’appliquent pas à la note en question !

Et passons aux choses sérieuses, à ce qui constitue le cœur de cette note : l’organisation « des temps de présence collective et des temps de repos ». On apprend ainsi que dans son infinie sagesse le directeur a décidé que « la DRH sera fermée les jours de pont et pendant la trêve des confiseurs entre Noel et le jour de l’An ». Autrement dit : dates de congé démocratiquement imposées pour tous !

Outre que cette mesure ne s’embarrasse pas du respect de la continuité du service public (service public, c’est quoi le service public ?), elle fait fi du droit élémentaire de chacun d’organiser comme il l’entend sa vie personnelle et familiale, dans la limite bien comprise des nécessités de service que le DRH ne prend même pas la peine d’invoquer pour justifier sa décision. (c’est comme ça parce que ….c’est comme ça !). Et si je ne désire pas prendre des congés entre Noel et l’An, c’est bien mon droit ?

C’est sans compter sur les problèmes que ne va pas manquer d’amener cette mesure. Que faire quand les 2 parents travaillent à la DRH et qu’ils doivent s’occuper de leurs enfants pendant les deux semaines que durent les vacances scolaires ? Cela revient à obliger l’un des 2 parents à prendre 2 semaines de congé qui amputeront d’autant ses droits à congé. Nous comptons  par ailleurs sur nos jours de congé pour effectuer des démarches, garder un enfant malade, faire face aux imprévus de l’existence. Comment s’organiser quand le stock de journées de congé sera de fait réduit ?  Cette mesure va peut-être rendre la vie au travail plus « harmonieuse et efficace » mais certainement pas la vie personnelle de chacun qu’elle va au contraire contribuer à rendre plus difficile

Au-delà, cette mesure n'est elle pas une manière subtile et qui ne dit pas son nom, de remettre en cause la RTT et ses acquis ?

Dans un autre message le directeur nous invite « cordialement » à partager « ensemble un moment convivial sur les espaces des Berges » dans le cadre du pique-nique annuel de la DRH.

Est-ce que le boycott n’est pas la réponse qui s’impose ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article