Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

La Directrice CASVP a confirmé hier devant une délégation syndicale CFDT CGT FO SUPAP-FSU qu’elle maintenait une décision qu’elle qualifie de TRASH et difficile. Une décision que l’administration justifie pour des raisons de service manifestement totalement infondées. 

Un recours a été déposé auprès du  Tribunal administratif pour demander l’annulation de cette décision pour des raisons de forme, la procédure n’ayant pas été respectée, et de fond.

Le changement d’affectation de notre collègue est clairement empreint de discrimination syndicale. Aucun reproche ne lui a jamais été fait à sur son comportement ou sa manière de servir et l’intérêt du service ne justifie nullement son déplacement. Au cas où par ailleurs par ailleurs le tribunal ne reconnaitrait pas la discrimination syndicale il ne pourrait regarder cette décision que comme une sanction déguisée.

La directrice a reconnu qu’il était bien possible que le Centre d’action sociale perde  au tribunal administratif, mais que selon elle il fallait prendre la décision difficile de muter notre collègue.

On se demande bien quel intérêt de service public peut justifier une décision administrative qui démotive les équipes, engendrent des jours de grève et qui en fin de compte pourrait se révéler illégale selon les dires même de son initiatrice. il s’agit là d’une bien drôle de conception du service public !

L’intersyndicale  dénonce, elle, la campagne de désinformation lancée par la direction du CASVP, tendant à laisser penser que notre collègue est fautive et diffuse une vision totalement fausse de ce qui se passe dans le service et de l’activité syndicale. Rappelons que la libre expression et l’action syndicale sont des droits et non des fautes !

A défaut de pouvoir recourir à une sanction disciplinaire pour réprimer un agent n’ayant commis d'autre faute que défendre des valeurs qu'il ignore (le travail social, la bientraitance...), le CASVP n’hésite pas à prendre des mesures arbitraires !

Nous étions encore nombreux à le lui rappeler lundi 5 décembre devant le siège Boulevard Diderot.

L’intersyndicale demande à être reçue par Madame Versini,  l’adjointe chargée des affaires sociales et Présidente du CASVP qui reste pour le moment muette sur la question et prévoit de continuer à agir jusqu’à ce que la sanction soit retirée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article