Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Nous pouvons résumer votre powerpoint en une phrase : faire toujours plus, toujours moins bien.

Les Services Sociaux sont devenus une annexe de LIDL : on y propose un service au rabais à destination d’un public pour lequel vous n’avez aucune réelle considération. Les méthodes de management et de ressources humaines sont à l’image du discount que vous servez aux parisiens en difficulté, HARD. En définitive, la seule chose qui est soignée à la ville de Paris, c’est la communication.

Nous voulons, du fond du cœur, féliciter les responsables qui ont eu la brillante idée d’introduire dans le secteur social – anciennement humain – des objectifs chiffrés : les parisiens seront ravis d’être reçus « vite fait » pour leur fournir de jolies statistiques dont les directeurs pourront se gargariser entre deux petits fours.

Les travailleurs sociaux, eux, sont moins ravis de leur nouvelle gouvernance. Une gouvernance qui a du mal à saisir la différence entre l’instruction d’aides facultatives (dont elle est coutumière) et le travail social auquel elle n’entend rien (quoiqu’elle en dise).

Aujourd’hui, la crise de sens du travail social a pris une ampleur sans précédent au sein du CASVP. Il ne devrait pas être utile de vous rappeler que, pour mener à bien une mission il est nécessaire que les équipes et leur direction puissent se retrouver autour d’un sens partagé. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, comme en témoignent les mouvements de grève des sociaux qui se sont multipliés depuis la reprise des services sociaux par le CASVP. Nous regrettons que le CASVP n’ait su répondre au mal-être exprimé par les agents que par la répression, la menace et l’intimidation ! En témoigne la compagne de communication actuelle du CASVP dans les services où, en réponse aux questionnements des sociaux sur l’évolution et le sens de leurs missions, on leur rappelle qu’ils doivent obéir avent de réfléchir (campagne droit et devoirs).

Avant nous avions des désaccords mais nous croyions aux bonnes intentions de nos interlocuteurs, nous pensions que, malgré nos positions différentes, nous partagions certains objectifs communs et qu’il y avait du respect.

Mais ça, c’était avant.

Aujourd’hui, nous refusons le dialogue avec une direction qui a déclaré la guerre au travail social et à ses défenseurs, au syndicalisme.

Aussi, vous voudrez bien excuser notre absence mais la politique du CASVP contraint, hélas, notre organisation syndicale à prendre le maquis.

Nous vous souhaitons à tous une excellente visualisation du PowerPoint.

Le bilan de la Ville de Paris...en PDF pas en Powerpoint !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article