Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Des collègues nous font remonter de nouvelles difficultés : le site Paris.fr annonce que les enfants de 6 à 7 ans peuvent fréquenter, au choix, un centre de loisirs maternel ou élémentaire !!! Voir ci-dessous une copie d’écran du site :

Age limite

Les règles appliquées  pour l'accès aux centres de loisirs maternels ou élémentaires à partir du 4 septembre 2017 seront les suivantes au 1er jour d’accueil:

  • de 3 à 7 ans: inscription possible en centre de loisirs pour les maternelles
  • de 6 à 14 ans: inscription possible en centre de loisirs pour les élémentaires
  • Enfant de 6 à 7 ans: inscription possible en centre de loisirs maternelle ou élémentaire

Concrètement, cela veut dire qu’un enfant de grande section de 6 ans peut fréquenter le centre élémentaire du quartier. Pire, un enfant scolarisé en CP voire en CE1 (enfants nés en fin d’année civile) peut fréquenter un centre de loisirs maternel !

Qu’il s’agisse d’une erreur regrettable ou d’une volonté assumée de la Mairie de permettre aux familles de regrouper les fratries, cette situation ne peut perdurer. D’une part car c’est en contradiction avec la règlementation (taux d’encadrements différents selon les tranches d’âges), d’autre part car c’est une aberration d’un point de vue pédagogique.

NOUS DEMANDONS A LA DASCO D’INTERVENIR POUR FAIRE RAPIDEMENT RECTIFIER CES INFORMATIONS

Par ailleurs et pour rappel, les équipes d’animation continuent de rencontrer les mêmes difficultés :

Les conditions d’accueil sont toujours dégradées par le nombre très important de centres regroupés pour les vacances de la Toussaint. Sur certaines CASPE, jusqu’à la moitié des centres sont fermés !

Les REV sont de plus en plus massivement sollicités par les familles pour procéder à l’inscription de leurs enfants, parfois après contact téléphonique avec Facil’Familles qui renvoie vers les REV ! Il avait pourtant bien été indiqué que les REV procéderaient à des inscriptions manuelles dans de rares cas (parents n’ayant pas accès à internet, parents ne parlant pas la langue française). Dans certaines écoles, l’exception est devenue la norme !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article