Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

La Ville de Paris proposera au conseil supérieur des administrations parisiennes de février, puis au conseil de Paris de mars la fusion des corps d’ingénieurs des travaux  (ITP), d’ingénieurs hygiénistes et hydrologues (IHH), d’ingénieurs économistes de la construction (IEC) et des techniciens de laboratoire-cadre de santé (TLCS) en un seul corps intitulé « ingénieurs des administrations parisiennes ».

Ce corps serait doté de six spécialités parmi lesquelles, nouveauté, une spécialité informatique.

La ville veut par ailleurs fusionner le corps des ingénieurs des services techniques et d’architectes voyers, corps de catégorie A+ bénéficiant de grilles indiciaires plus favorables en gardant deux spécialités. Une mobilité externe, comme pour les administrateurs serait requise pour accéder au plus haut grade.

Dans les deux corps aucun avis de la commission paritaire n’est prévu en cas de changement de spécialité ce qui, selon nous, en tout cas à terme, peut frayer la voie à de la polyvalence imposée ou des carrières éclaires.

Les statuts particuliers proposés au CSAP s’accompagnent d’un projet d’accord garantissant le maintien des avantages acquis et une très légère progression des ratios de promotion. cet accord propose une amélioration de la formation initiale.

Ce projet d’accord expose aussi des fourchettes de recrutement par spécialité sur la période 2018-2020 qui sont très insuffisantes pour combler les postes théoriquement vacants avec une fourchette basse autour de 60 recrutements et une fourchette haute autour de 80

Ces recrutements  sont très insuffisants pour combler les postes  vacants, 9 postes d’architecte voyer, 31 postes d’ingénieur des services techniques, 162 postes d’ingénieur des travaux, 17 postes d’ingénieur hydrologue et hygiéniste. En réalité une bonne partie de ces postes sont occupés par des chargés de missions non budgétés : voir  ICI

La FUSION des corps est-ce vraiment la priorité ?

Cette fusion recueille t-elle l'adhésion des personnels concernés ?

Pour la municipalité, il convient de faire évoluer un paysage statutaire complexe pour pouvoir faire face aux enjeux stratégiques des administrations parisiennes. 

Pour nous les priorités sont ailleurs :

  • disposer d’effectifs suffisants pour mettre en oeuvre le service public avec des conditions de travail satisfaisantes pour les agents. En effet les conditions de travail des cadres techniques se sont considérablement dégradées ce qui pèse sur les services qu’ils encadrent.
  • freiner la mobilité à outrance qui dégrade la continuité des services. Le critère de mobilité ne doit pas être le facteur principal du déroulement de carrière.
  • mettre un frein au recrutement de contractuels dans un cadre qui ne respecte absolument pas les règles statutaires.
  • garantir la transparence des promotions, des affectations et du régime indemnitaire avec des chartes de gestion des corps transparentes et acceptées par les agents et leurs représentants.

Ces priorités sont-elles partagées par l'exécutif et la DRH ? Il est permis d'en douter !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article