Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Les motifs d’insatisfaction sont nombreux à la D.V.D, de nombreux agents toutes catégories confondues constatent la dégradation de leurs conditions de travail.

Depuis 2010, la diminution des effectifs est continue, d’où un accroissement de la charge de travail.  La sécurité des personnels n’est souvent pas prise en compte .Il n’y a peu ou pas d’évolution de carrière surtout pour les personnels de catégorie C. Les  postes vacants ne sont pas pourvus ou avec plus de 6 mois de retard et ce malgré le sous-effectif chronique.

UN SOUS-EFFECTIF CHRONIQUE INCONCILIABLE AVEC UN SERVICE PUBLIC DE QUALITE

Le SUPAP-FSU a constaté en analysant les bilans sociaux de 2010 à 2016 :

  • Que les effectifs de la Ville et du département croissent de 2,69 % alors que les effectifs de la DVD baissent de 13% !
  • Qu’alors que les effectifs de catégorie A augmentent très légèrement, ceux de catégorie B baissent et que les effectifs de catégorie C plongent de 26%. A ce rythme, nous devrions passer en dessous de la barre des 1000 agents en 2020, alors qu’en 2010, nous étions encore plus de 1400.

Cette diminution des effectifs est d’autant plus incompréhensible qu’avec la réforme des STV de nouvelles missions viennent se greffer à celles déjà existantes, par exemple et pour ne citer qu’elle, une gestion plus réactive (application « ma rue ») de l'espace public au plus près des citoyens et cela avec moins de personnels. De plus les grands projets d’aménagement qui se multiplient et le budget participatif accroissent encore la charge de travail.

LES PERSONNELS ALERTENT SUR UNE AGGRAVATION DE LEURS CONDITIONS DE TRAVAIL

Le personnel ouvrier et technique des brigades est confronté  au quotidien à des problèmes de sécurité.

  • Lors des interventions des personnels sur la chaussée, ceux-ci rencontrent des problèmes de stationnement prés de leur lieu d’intervention. Les mesures de signalisation et de protection des chantiers sont insuffisantes. Du fait de la densité de la circulation, les conditions de sécurité ne peuvent pas être respectées. Les agents de la Ville sont en danger au quotidien.
  • Les ouvriers de brigade réclament qu’un livret de sécurité contenant des instructions claires et précises sur les procédures à mettre en œuvre pour la mise en sécurité des chantiers sur voirie soit distribué à tous les agents concernés.
  • Les appareils électriques utilisés à l’extérieur et dans des milieux humides doivent être aux normes,  le SUPAP-FSU s’interroge et attend une réponse claire !
  • Les agents dénoncent du matériel obsolète, camions vieillots et polluants, pas ou peu de moyens de levage pour la manutention des objets lourds et des risques de  chute en hauteur.
  • Les agents des brigades dénoncent une évidente chasse aux sorcières de la hiérarchie dès que des agents ou des délégués syndicaux soulèvent ces problématiques.
  • Dans la brigade centre, 70% des agents sont en poste « aménagé » du fait de problèmes  de santé. Curieusement, parmi eux, certains agents font les permanences le  week-end, alors que d’autres syndiqués sont systématiquement écartés de celles-ci. La hiérarchie justifie ces refus du fait de leur aménagement de poste.

 SITUATION CRITIQUE AU SAGP

Le service des aménagements et des grands projets, service emblématique des grands travaux sur l’espace public de la mandature rencontre des difficultés : suppression et vacances de postes, turn-over important, augmentation de la charge de travail et sous-effectifs.

A la division administrative financière et comptable, déficit de deux postes, actuellement deux agents font le travail de quatre et ce depuis juillet 2017.

Ceci découle de la suppression d’un poste de SA après son départ à la retraite non remplacé et de la vacance d’un poste vacant qui sera pourvu en mars 2018. Un poste d’attaché n’a pas trouvé preneur de juillet à novembre 2017, 6 départs d'ingénieurs ont été constatés en un an !!! (Mutations, disponibilités, détachements).

Nous avons un accroissement spectaculaire du nombre d'opérations d'aménagement depuis 5 ans, avec un pic d’activité concernant le prochain lancement des travaux en 2018 des 7 places. On atteint ainsi pour les 4 divisions restantes plus d’une centaine d'opérations d'aménagement malgré la suppression d’une division.

LES REVENDICATIONS DU SUPAP-FSU :

  • Nous revendiquons la récupération immédiate du poste de SA comptable "niveau expert" pour que le service compte à nouveau quatre agents de catégorie B pour assister les chefs de projet dans le suivi administratif, comptable et financier des opérations de travaux, ainsi que le suivi de l'exécution des marchés spécifiques : sous-traitance, décisions de poursuivre, soldes de fin de marché… !
  • Nous revendiquons au minimum le recrutement de trois ingénieurs des travaux pour faire face à l'augmentation du nombre de projets d’aménagement sur l’espace public sans précédent à la Ville de Paris.
  • Nous revendiquons le recrutement d'un ou plusieurs agents du niveau ingénieur, technicien ou agent de maîtrise dans la spécialité génie civil ou infrastructure VRD, pas de suppression de postes au niveau des techniciens dessinateurs à l’agence des études architecturales et techniques (AEAT).
  • Nous revendiquons un renforcement au niveau des possibilités de CAO, DAO et du matériel de graphisme. Le service a dépensé environ 45.000 € de photomontages pour l'année 2017. Cette prestation de photomontage gagnerait à être effectuée en régie au niveau du SAGP ou de la DVD. De même sur les 7 projets d'aménagement des places, seul 3 sont traités au niveau des plans conception et exécution par le bureau de dessin de l'AEAT.
  •  Nous revendiquons pour le SAJF la création de 3 postes de comptable, la titularisation du contrat aidé et l'attribution de la NBI à tous les comptables comme dans les CSP de la DFA. Suite à la mutualisation des services comptables l’effectif des comptables STV sont en effet passés de 20 à 10 agents.
  • Nous revendiquons des règles claires et non discriminatoires quant à la gestion du planning des permanences de week-end dans les brigades.
  • Nous revendiquons que les ouvriers des brigades puissent disposer de matériels neufs, non polluants et performants  et d’un livret contenant  des instructions claires et précises sur les procédures à mettre en œuvre pour la mise en sécurité des chantiers.
  • Nous revendiquons que les agents soient informés de toutes les décisions impactant les personnels soumises au comité technique et au CHSCT
  • Nous revendiquons une simplification des procédures administratives, comptables (DEC dématérialisée par ex) et plus d’autonomie ou de souplesse pour les services pour la passation des petits marchés.

Nous avons été reçus le 23 janvier par la nouvelle directrice qui nous a écoutés attentivement.

  • Elle considère que comme nous que les effectifs de la Direction doivent cesser de baisser et qu’il y a des difficultés de management.
  • Les règles pour l’attribution des permanences dans les brigades seront revues.
  • Les PV des organismes consultatifs CT et CHSCT seront publiés en temps et en heure.

La directrice s’est engagée à donner une réponse précise à nos revendications …

Attendons de voir !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article