Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Les marches de nettoyage des locaux de la Ville de Paris pris en charge par le privé sont en renégociation. La Ville refusant d’augmenter le nombre d’emplois de fonctionnaires, c’est l’occasion d’un jeu de chaises musicales où la Ville reprendrait certains locaux (par exemple le siège de la DASES) pour en lâcher d’autres, par exemple bibliothèques.

Nous ne sommes pas d’accord. Ce n’est ni l’intérêt du service public, ni des agents changés d’affectation.

Le SUPAP-FSU revendique le passage au public de l’ensemble des fonctions de nettoyage des locaux et la création des emplois publics nécessaires.

  • parce que la Ville a acquis au sein de la DILT le savoir-faire nécessaire, que c’est notre métier et que le service public, en règle générale, est mieux rendu en régie.
  • Parce cela ne coûte pas plus cher, tout en offrant de meilleures conditions de travail et de vie pour les agents.
  • parce que des emplois dans le service public, c’est aussi moins de travail dissimulé, moins de dépenses de santé, mois de dépenses pour l’assurance chômage. C’est tout bénéfice pour la société dans son ensemble.

Ces 10 dernières années, la mobilisation des personnels de nettoyage appuyée par les organisations syndicales, en particulier par le SUPAP-FSU, a permis la titularisation (ou le passage à temps plein en CDI pour les agents de nationalité hors CEE) de pratiquement tous les agents dont une majorité était  jusqu’ici à temps partiel.

Actuellement, les agents (dont beaucoup sont en voie de partir à la retraite) sont en nombre insuffisant pour effectuer dans des conditions de travail satisfaisantes le nettoyage de l’ensemble des locaux pris en charge en régie. Cela justifie, immédiatement, le recrutement de nouveaux agents de nettoyage fonctionnaires.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article