Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

La réunion du jeudi 3 mai sur le règlement de service de l’animation a été l’occasion de nouveaux échanges avec la DASCO sur les évolutions possibles du cycle de travail des REV (Responsables Educatifs Ville).

Le SUPAP-FSU a réitéré sa demande de prise en compte du temps de travail effectué en matinée, jusqu’à présent bénévolement, par les REV pour assurer le remplacement des animateurs absents sur l’interclasse, comme lors de la réunion précédente, voir ICI.

La DASCO a conscience que les REV travaillent bien avant 11h en semaine scolaire pour recevoir les appels des animateurs absents, contacter de possibles remplaçants de leur connaissance ou avertir la cellule de remplacement.

La DASCO pourrait donc accéder à notre demande d’augmentation du plafond de RTT (14 jours actuellement pour un collègue à temps complet), soit en avançant la prise de service avant 11h les lundis, mardis, jeudis et vendredis en période scolaire, soit en accordant un temps forfaitaire pour compenser cette forme « d’astreinte » imposée de fait aux REV.

Sur les modalités de pose des jours de RTT supplémentaires que nous devrions obtenir, nous avons de nouveau insisté sur l’importance de pouvoir poser ces jours sur les périodes périscolaires ou extrascolaires, au choix de l’agent. Obliger les REV à poser ces jours supplémentaires sur l’extrascolaire empêcherait les collègues de travailler sur le service où les projets les plus ambitieux sont réalisés et reviendrait à limiter la création de JRTT (moins de jours travaillés sur les semaines de 47h30).

L’idée de début de service des REV à 8h20 une fois par semaine pour rencontrer les parents semble écartée, et c’est une bonne chose. A ce sujet, nous avons expliqué qu’au-delà de la semaine de rentrée, ce n’était pas nécessaire. Une rencontre matinale une fois par trimestre pourrait éventuellement avoir du sens localement (réunions de présentation du projet pédagogique ou de suivi des projets en cours à destination de parents ne pouvant être présents le soir). Ces réunions occasionnelles pourraient alors être rémunérées en heures supplémentaires ou récupérées en temps.

La DASCO souhaite également pouvoir mettre en place un cycle de travail permettant « d’absorber les crédits d’heures » générés occasionnellement. Sur ce point, nous avons rappelé qu’entre 2013 et la mise en œuvre de Chronogestor, les REV avaient été floués, ne bénéficiant pas des 48 minutes de crédits normalement octroyées lors des journées de formations, formations syndicales, congés maternité et paternité, accident de travail (service ou trajet), concours ou préparation à concours.

REV A TEMPS PARTIELS

A ce jour, il y a 70 REV/REVI à 90% et 52 REV/REVI à 80%.

Il semble que l’on s’oriente vers un maintien de l’organisation actuelle du temps de travail des REV à temps partiel, les besoins de l’administration allant dans le même sens que les souhaits des collègues.

Un 90% sans la période d’été et un 80% sans les lundis et jeudis soirs en période scolaire. C’est une bonne nouvelle.

Nous avons été entendus sur le fait que l’absence  des REV à 80% sur d’autres temps que celui du soir serait problématique pour le service et pour la vie personnelle des collègues concernés.

Sur le nombre de jours RTT générés, nous avons expliqué que la situation actuelle n’était pas satisfaisante. Selon nos calculs, les REV à 80% devraient générer bien plus que les 11 JRTT par an dont ils bénéficient depuis 2013. Quant aux REV à 90%, ils sont bloqués à 6,5 JRTT par an depuis 2013 alors qu’ils effectuent la moitié des périodes extrascolaires (4 semaines de vacances contre 8 à temps complet). Ce calcul se base sur l’année scolaire 2013/2014 et n’a pas été actualisé chaque année en fonction du nombre de jours fériés en périodes extrascolaires.

Nous avons, par ailleurs, alerté la DASCO sur la problématique des collègues REV à 80% envoyés en formation les lundis et jeudis. Nous avons demandé à la DASCO de prendre les dispositions nécessaires pour que ces collègues bénéficient à la fois des 24 minutes de RTT dues sur la matinée et d’un crédit d’une demi-journée pour l’après-midi travaillée en lieu et place de leur temps partiel. Des consignes devraient être données aux CASPE.

Enfin, nous avons, conjointement avec un autre syndicat, demandé à la DASCO de régulariser la situation des REV à 80% de la 5/13 à qui on a fait poser 5 jours de congés au lieu de 4 à chaque semaine de vacances scolaires depuis 2013. La DASCO a annoncé que des consignes précises seraient données avec la mise en place du nouveau règlement, laissant entendre qu’il n’y aurait pas forcément de rétroactivité sur cette question. Le SUPAP-FSU est intervenu pour rappeler que ces situations n’étaient pas de la responsabilité des agents, mais la conséquence d’une erreur grossière de l’administration. La DASCO doit rendre de manière rétroactive les jours à ces collègues injustement lésés, de la même manière que les animateurs vacataires de centre de loisirs maternel avaient récupérés, suite à l’intervention de notre syndicat, la demi-heure non rémunérée chaque mercredi après-midi depuis 2013.

DEMANDE DU SUPAP-FSU CONCERNANT LES DPA

En fin de réunion, notre syndicat a demandé à la DASCO de nommer REV intérimaires les derniers DPA pour la prochaine rentrée scolaire.

Il ne reste en effet plus que 6 DPA sur 655 écoles à ce jour. Ces quelques collègues ont une charge de travail quasi identique à celle des REV/REVI à effectuer sur les horaires d’un simple adjoint d’animation et sans bénéficier, ni de la prime de 60 euros mensuels des REVI, ni des 8 jours de RTT supplémentaires.

Cette situation n’a plus aucun sens.

D’une part car certains de ces collègues sont maintenus DPA depuis des années alors que des collègues sans aucune expérience de direction sont directement nommés REV intérimaires.

D’autre par car certains d’entre eux sont « sous la tutelle » d’un REVI, alors qu’historiquement les DPA, nommés en novembre 2013 pour « soulager » les REV, étaient au sein d’un groupe éducatif Ville, tous encadrés par un REV de catégorie B. 

Enfin, cette situation injuste impacte également les 6 REV qui ont toujours la responsabilité de deux sites contrairement à tous les autres REV ayant bénéficié du « dégroupement » des GEV.

La nomination de ces DPA comme REV intérimaires à la prochaine rentrée participerait de la simplification et de la lisibilité de notre service public. Cela serait une nouvelle étape intermédiaire avant la concrétisation d’un REV par école à la rentrée 2019.

--------------------------------------

La DASCO devrait faire des propositions précises sur les évolutions du cycle de travail des REV lors de la prochaine réunion,  jeudi 24 mai. A SUIVRE…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article