Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

COMITÉ TECHNIQUE DASCO DU 8 NOVEMBRE 2018

Vote contre : SUPAP-FSU, CGT, UNSA, FO.

Vous pouvez retrouver la déclaration de notre syndicat lue lors du CT du 8 novembre justifiant notre vote contre, ICI.

Suite au vote contre de l’ensemble des organisations syndicales concernant la création de l’école des métiers, le comité technique a, de nouveau, été réuni, conformément aux textes de loi, le 23 novembre sur ce point.

Rappelons que ces votes sont consultatifs et laissent, au final, l'administration libre de son arbitrage.

COMITÉ TECHNIQUE DASCO DU 23 NOVEMBRE 2018

Le second CT s'est tenu le 23 novembre 2018 : M. Bloche, adjoint à la mairie de Paris chargé de l'éducation, de la petite enfance et des familles, président de séance, a proposé de procéder à 2 votes distincts en séparant, école des métiers de la DASCO et problématique des 6 centres de ressources centraux appelés à être fermés.

Cette proposition, techniquement possible, motivée par les discussions qui ont précédé le vote du 8 novembre mettant en exergue une forte opposition à la proposition concernant les centres de ressources aurait pu être intéressante. Cependant aucuns documents nouveaux n'ayant été fournis en amont de ce second CT, il s'est avéré impossible pour notre syndicat de modifier notre estimation de la situation.

A la proposition « école des métiers de la DASCO » notre syndicat a de nouveau voté contre, et ce, en raison de l'absence de formations initiales diplômantes dans le dispositif présenté.

Si l'on considère que l'animation est un vrai métier alors on ne peut faire l'économie de cette reconnaissance fondamentale.

Abstention : UNSA

Vote contre : SUPAP-FSU, CGT, FO.

A la proposition « modification de 6 centres de ressources centraux », notre syndicat a voté contre.

- D'une part, devant l'absence de documents offrant une ligne directrice à venir, l'engagement de l'administration à proposer de prochaines consultations n'étant pas suffisant.

- D'autre part, car nous estimons que les 2 dispositifs sont fortement corrélés tant dans la forme que dans le fond et leur dissociation n'apporte aucune garantie pour l'avenir de ces centres et des agents concernés.

Vote contre : SUPAP-FSU, CGT, UNSA, FO.

Des dispositifs corrélés dans la forme :

La proposition « école des métiers de la DASCO » mentionne la création d'un nouveau dispositif nommé « Pôle Enjeux Éducatifs Contemporains ». Ce pôle se structure à partir d'un transfert de postes des centres de ressources centraux vers l'école des métiers de la DASCO : 1 poste pour 1 SA, les autres postes pour les AAAS interréssé.e.s.

Ce scénario signifie que devant le fait accompli, les actuels agents des centres de ressources concernés n'ont pas d'autre choix que d'accepter cette proposition sauf à retourner dans un centre de loisirs en faisant fi de leur spécificités, expériences et compétences.

Accepter la proposition « école des métiers de la DASCO »

C’est accepter le « pôle enjeux éducatifs contemporains »,

C’est cautionner ce jeu de chaises pour le moins dissonant.

Jeu dans lequel les vacataires concernés sont les grands perdants.

Des dispositifs corrélés dans le fond :

L'école des métiers de la DASCO a vocation à devenir le lieu par excellence de la formation des agents. Pour se faire elle a tout intérêt à prendre en considération les ressources existantes et les articuler avec son projet. Dans ce sens un questionnement de l'existant semblait légitime et ne suscitait à priori aucune inquiétude...

Sauf que derrière cette restructuration, sous couvert de groupes de travail, se cachait un projet bien peu soucieux des spécificités et compétences pourtant si précieuses des animatrices et animateurs impacté.e.s.

Ce que propose la DASCO

- De nouvelles consultations via un comité de suivi.

- La prolongation de l'ouverture pour un ou deux trimestres des 6 centres concernés.

On peut se réjouir de cette perspective quoique beaucoup de flou demeure, quant aux personnels, aux locaux, à la communication avec les centres de loisirs.

Nous ne pouvons que souhaiter un accord qui permette de réelles avancées des 2 côtés : la possibilité d'un renouvellement tout en préservant les acquis.

Que donner un nouveau souffle ne soit pas synonyme d'une vision unilatérale mais bien la prise en considération de la richesse et la complexité de notre métier.

Vacataires, les plus fragiles sont les grands perdants

Que vont devenir les vacataires à priori partis au 31 décembre 2018 ?

S'ils n'ont rien d'autre et si cela s'avère possible, poursuivront-ils leurs missions ? Et si oui combien de temps ?

S'ils ont déjà assuré leurs arrières et envisagent d'autres perspectives, les centres pourront-ils fonctionner sans eux ?

Beaucoup d'interrogations et au final certainement le sentiment d'être pris pour des pions, bien utiles parfois mais que l'on peut passer par pertes et profits si nécessaire...

Une déclaration non lue qui reste d'actualité

Une déclaration avait été écrite pour le CT du 23 novembre. En raison de la proposition de votes distincts elle n'a pas été lue, cependant elle permet de retrouver les arguments qui motivent notre opposition à la fermeture des 6 centres de ressources centraux. Vous pouvez la consulter en pièce jointe.

Pour conclure

Ceux qui ont imposé la réforme des rythmes éducatifs ont dû accepter la mise en place d'une filière animation avec accès à la catégorie B. Cela est un progrès incontestable mais  ne résout en rien la reconnaissance de l'animation comme un vrai métier. En effet les missions managériales et administratives qui ont toute leur légitimité et importance ne doivent pas nous faire perdre de vue qu'animer c'est élaborer et mettre en œuvre des contenus et des démarches dans un contexte bien particulier avec des valeurs de références. À travers cette « crise » des centres de ressources centraux ce sont bien les questions d’expériences et de compétences qui sont sur le devant de la scène. Cela nous rappelle que les chemins de progression de carrière pourraient également se questionner au travers d’acquisitions de pratiques dans leur singularité et leur expertise. L'écart est grand encore entre nos savoirs et savoirs faire et la valeur professionnelle accordée. Nos missions nous positionnent comme des acteurs essentiels et incontournables de l'accompagnement éducatif, nous n'aurons de cesse d’œuvrer pour cette reconnaissance.

SUPAP-FSU, le syndicat qui distribue des guides des droits et des carrières.

SUPAP-FSU, le syndicat qui vous informe tout au long de l’année.

DONNEZ-NOUS LES MOYENS DE VOUS DEFENDRE ENCORE MIEUX À L’AVENIR EN VOTANT SUPAP-FSU :

  • AU COMITÉ TECHNIQUE CENTRAL
  • AU COMITÉ TECHNIQUE DASCO
  • EN CAP (TITULAIRES) OU CCP (CONTRACTUELS)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article