Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs,

Nous rappelons tout d’abord qu’aucun PV ne devrait être signé sans une relecture par chaque membre de cette instance.

Cela étant dit, Madame la Présidente, vous êtes notre troisième élue qui préside au CHSCT Central depuis le début de la présente mandature, et vous avez bien voulu nous rencontrer tout récemment, ce qui a été pour notre syndicat l’occasion de souligner nos préoccupations majeures, celles des agents que nous représentons. Nous avons choisi d’en retracer ici l’essentiel, qui concerne les conditions de travail et leur amélioration, puisque tous les points à l’ordre du jour convergent vers cet objectif. 

Les services sont nombreux qui manquent d’effectifs et de compétences.

À la DASES par exemple, des secrétaires médicaux et sociaux manquent, y compris dans  les centres de santé. Il existe un recours à des agents contractuels via des candidatures spontanées mais sur des missions très ponctuelles et à des occasions exceptionnelles, semble-t-il. 13 postes de SMS sont créés pour 2019 via la nomination au choix d'adjoints administratifs. Ce n'est pas assez. Par ailleurs le nombre de SMS accueillis dans le corps des secrétaires administratifs est en augmentation et l'effectif restant accueille des agents en reconversion pour inaptitude définitive aux fonctions initiales. Ces personnes sont à former et donc pas opérationnelles avant  des mois. L'effectif des SMS confirmés baisse et les congés pour maladie ne sont pas remplacés au motif de la restriction budgétaire.

Comme dans toutes les directions la problématique du vieillissement des agents et celle de l’usure professionnelle de celles et ceux qui exercent des métiers à forte exposition aux risques d’altération de la santé, se cumulent. La DRH redouble d’énergie pour remédier aux effets de ces deux réalités, mais, dans un même temps les projets se multiplient et la charge de travail augmente un peu partout, dans les services administratifs et ceux accueillant du public notamment.

Le traitement de la demande d’expertise agréée votée par délibération  en séance du 25 janvier dernier allait dans le bon sens compte tenu de que nous venons d’évoquer, mais, comme chacun le sait autour de cette table, les agents concernés sont partis, pour leur grande majorité, avant que ladite expertise ne voit le jour ; elle n’a toujours pas commencé et c’est triste, puisque ces agents en contrat aidé partis depuis un an, auraient pu être gardés dans les effectifs, étant, eux, pleinement opérationnels sur leur poste au terme de leur contrat aidé.  

La Ville  supprime les postes de vigiles à l'accueil de certaines structures et va jusqu'à prétendre que « ce n'est peut-être plus justifié ».

Ce n'est pas l'avis des personnels  et, pour le SUPAP-FSU, ce sont ces économies voulues par la Municipalité, qui  sont injustifiées. Dans les centres de santé il n'y a tout simplement pas de vigile, et ce sont des agents d’accueil qui sont supposés appuyer sur un bouton,  pour faire intervenir les services de la DPSP qui arrivent  .... en moyenne 20 minutes à 1/2 heure plus tard dans certains cas... ce n’est pas très efficient, et ce n’est pas rassurant.

Madame la Maire ne peut pas nous demander de voter un plan d'action de prévention des RPS, si élaboré soit-il - et assurément il l’est -, en faisant dans le même temps ce genre d'économies. Par conséquent le SUPAP -FSU s'abstiendra de voter ce point, quand bien même nous ne pouvons que saluer les efforts déployés par toutes et tous ici, notamment les membres des commissions issues de cette instance. Au moins pouvons-nous être fiers d’avoir contribué à limiter les dégâts causés par le rythme auquel les réformes se sont succédées ! 

Des locaux sociaux manquent encore aujourd’hui dans certains services. C’est par exemple le cas dans l’immeuble accueillant plusieurs directions ainsi que des entreprises privées au 8-10 avenue Ledru Rollin. Lors de la réforme AIP en effet, le centre de services y a été installé, au 1er étage, et s’est vu agréablement doté d’un « espace de convivialité » permettant aux opérateurs de s’isoler du bruit des appels, ce à quoi ils se sont habitués et qui constitue un point positif pour leurs conditions de travail. Or, quelques mois plus tard les services de la DFPE occupant le niveau mezzanine partaient pour laisser la place à une partie de la DASCO. L’ennui, c’est que d’une part l’espace cafétéria de la Mezzanine s’est dès lors transformé en bureau et que par conséquent il n’y a plus de local social pour les agents de la DASCO depuis leur transfert sur ce site, d’autre part ces derniers dérangent les agents de la DESN lorsqu’ils vont chercher un café au premier étage. L’unique alternative et réponse à notre intervention est le renoncement à un local social pour les agents de la DASCO, avec en prime un malaise commun aux agents de ces deux directions.

Ce que nous venons d’exposer pourra peut-être paraître accessoire, cela ne l’est pourtant pas. Et nous n’ajouterons  rien sur le bilan des réorganisations, sinon de souligner que dans certains services les agents ont été confrontés à deux, voire trois réorganisations au cours de ces trois dernières années.

Nous saluons l’amélioration du traitement des dossiers et celle des délais des procédures médico-administratives. Nous souhaitons que la meilleure considération puisse être réservée aux agents déclarés définitivement inaptes à leurs fonctions initiales,  dans le cadre de leur parcours de reconversion vers le métier, autant que possible souhaité, non subi.

Pour terminer et en ce qui concerne le point relatif au « label égalité professionnelle Femme-Homme » nous n’avons rien à dire de plus que : chiche, pourvu qu’enfin cela soit suivi d’un effet réel, concret et que cela ne prenne pas des lustres encore. Un autre syndicat vient d’évoquer les risques du travail isolé et, à ce titre, nous pensons qu’une partie des dépenses dédiées à cette mission, pourraient plutôt être consacrées à l’arrêt du travail isolé. Nous espérons que cette demande sera  étudiée. Merci.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article