Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Les premiers échanges entre la direction et les organisations syndicales ont eu lieu vendredi 28 septembre et vendredi 9 novembre sur le sujet de l'extension des cellules de remplacement.

La DASCO ambitionne de mettre en œuvre des cellules de remplacement dans les 10 CASPE avec un champ d'action étendu, en plus des personnels d'animation, aux ASEM, ATE et gardiens.

Sur le papier, c'est plutôt une bonne nouvelle. Nous avons néanmoins questionné la DASCO sur plusieurs points.

Une cellule de remplacement c’est bien, mais qui sont les remplaçants ?

Si nous sommes évidemment favorables à un dispositif permettant à termes de remplacer l’ensemble des agents absents sur les écoles, nous avons des inquiétudes sur la capacité de la Ville à recruter les personnels nécessaires.

Sur le secteur de l’animation, nous avons rappelé à la DASCO les grandes difficultés, notamment sur le temps d’interclasse, auxquelles nous sommes confrontés depuis des années.

Ce n’est pas le dimensionnement des cellules déjà existantes ou leur organisation qui pose le plus gros problème, mais la pénurie criante de candidats ! Pénurie qui s’explique, comme nous le rappelons régulièrement, par le niveau de rémunération au SMIC proposé par la Ville pour ces agents dont on demande qu’ils soient titulaires du BAFA !

Du coup, les quelques candidats potentiels s’orientent majoritairement vers la banlieue où on leur propose plus de temps de travail et surtout mieux rémunéré. Tant que la Ville ne reverra pas sa politique (augmentation des rémunérations, fiabilisation des personnels par contractualisation), nous resterons face à cet écueil, cellules renforcées ou pas.

Face à ce constat, le SUPAP-FSU a proposé la mise en place de brigades de remplacement d’AAAS titulaires. L’idée serait d’évaluer les besoins journaliers moyens en remplacement par CASPE sur l’ensemble des services péri et extrascolaires. Le chiffre le plus bas indiquerait le nombre de postes pouvant être pourvus par des titulaires à temps plein. Par exemple, s’il manque en moyenne sur une CASPE, 80 animateurs sur l’interclasse, 45 sur les TAP, 20 sur le service du soir et 35 le mercredi en centre de loisirs, on pourrait proposer 20 postes de brigades à des AAAS titulaires à temps complet. Il y aurait ainsi moins de vacataires à recruter chaque jour, et on gagnerait en qualité avec des collègues animateurs permanents depuis des années. Une prime serait proposée aux animateurs AAAS volontaires pour intégrer ces « brigades volantes ». Avec près de 2 500 titulaires, nous pensons que la DASCO n’aurait aucun problème à trouver quelques dizaines de volontaires. La DASCO soumettra cette proposition auprès du secrétariat général.

Ce dispositif associé à une revalorisation du taux de vacation interclasse pourrait nettement améliorer la situation. Par ailleurs, en attendant, nous avons indiqué qu’il nous semblait préférable de recruter des animateurs sans BAFA pour faire face aux sous effectifs récurrents. Quitte à ne pas respecter la législation, il vaut mieux être en dehors des clous sur le taux d’animateurs diplômés plutôt que sur le taux d’encadrement. Ou pour le dire autrement, mieux vaut un adulte responsable sans BAFA en plus sur une école plutôt que personne !

Concernant les ASEM, ATE et gardiens, le manque de personnel titulaire est flagrant. Pour mettre en place des brigades volantes pour assurer les remplacements, il faudra évidemment recruter massivement. Nous y sommes bien sûr favorables, mais cela ne cadre pas trop avec le discours tenu sur la rigueur budgétaire et les possibilités financières octroyées à notre direction par l’exécutif… À suivre.

Qui composera ces cellules ?

La DASCO souhaiterait qu’elles soient composées à la fois d’agents en reconversion professionnelle et de collègues recrutés sur des postes budgétaires d’adjoints administratifs. Les cellules seraient composées de 3 à 5 agents par CASPE, selon les effectifs d’agents et les taux d’absence constatés. Il y aura donc environ 20 professionnels des écoles en reconversion (AAAS, ASEM, ATE) et 20 adjoints administratifs.

Notre syndicat a rappelé sa priorité : la titularisation de l’ensemble des vacataires qui font vivre les cellules depuis 2013 et dont le travail est reconnu par tous.

La DASCO envisage la piste d’un recrutement sans concours d’adjoints administratifs pour les collègues vacataires, ce qui est une très bonne nouvelle. Mais qu’en dira la DRH ?

Auprès de qui seront rattachées les cellules ?

La DASCO proposait que les cellules soient rattachées au chef de pôle affaires scolaires ou au responsable de l’action éducative. La personne choisie sera responsable du recrutement des agents composant la cellule, des entretiens annuels d’évaluation, de la détermination des objectifs et de l’appui à la cellule.

Notre syndicat a proposé que ce soit le chef du pôle affaire scolaires qui pilote la cellule, celle-ci étant en charge des remplacements de l’ensemble des agents des écoles, animateurs, ASEM, ATE, gardiens. Un pilotage par le RAE, responsable du secteur animation uniquement, nous semblait inadapté.

La DASCO a retenu cette proposition de pilotage par le chef de pôle affaires scolaires.

Des seuils d’absence pour déclencher un remplacement !!!

La DASCO souhaitait que les organisations syndicales se prononcent sur les secteurs professionnels (animation, ASEM, ATE, gardiens) devant bénéficier prioritairement d’agents remplaçants et de la détermination de seuils (nombre d’absents sur une structure, durée de l’absence) déclenchant un remplacement.

Le SUPAP-FSU est intervenu pour indiquer qu’il n’était pas envisageable pour un syndicat de définir avec la direction des critères et des situations où le remplacement d’un agent absent ne serait pas indispensable ! Pour nous, tout agent absent doit être remplacé.

Nous avons précisé que si c’était le cas, ce serait les ASEM et ATE les grands perdants, alors que ces agents souffrent déjà de surcharge de travail et de l’absence récurrente de remplacements. En effet, si des secteurs prioritaires étaient définis, ce serait obligatoirement au profit de l’animation, taux d’encadrement oblige, et des gardiens, sans qui l’école ne peut fonctionner.

Du coup, la DASCO a abandonné cette idée de fixation de seuils.

Polyvalence des agents ?

La question a été posée de savoir si les personnels devaient être spécialisés sur un secteur, animation ou ATE/ASEM/Gardiens.

Nous pensons qu’il faut plutôt viser la polyvalence des agents dans les cellules. D’une part car les remplacements ne se font pas forcément aux mêmes moments de la journée selon les métiers (prédominance des remplacements d’animateurs le matin pour combler les manques de personnels sur l’interclasse par exemple), d’autre part car en cas d’absence d’un agent de la cellule spécialisé sur un secteur, ses collègues doivent être en mesure de prendre le relais. Nous avons évoqué les problèmes constatés dans certains pôles RH sans polyvalence des UGD (retard de paiement des vacataires notamment en cas d’absence d’UGD du secteur animation). La sectorisation serait d’autant plus problématique en cas d’absence d’un agent d’une cellule composée de trois collègues.

Mode de saisine de la cellule

C’est une question essentielle. Qui contacte qui et comment ?

Pour les personnels d’animation, la DASCO proposait que l’animateur absent contacte à la fois la cellule et la/le REV.

Nous sommes intervenus pour expliquer qu’il fallait distinguer plusieurs types d’absence.

Pour les absences programmées à l’avance et les absences concernant les services d’après-midi (TAP, études, gouters), c’est selon nous au REV de saisir la cellule.

En revanche, pour les remplacements matinaux de dernière minute, nous demandons que l’agent appelle la cellule, sans passer par le REV. Sinon, les REV vont continuer à travailler bénévolement le matin pour une 7e année consécutive !

Dans un deuxième temps, pour informer l’ensemble des personnes concernées par le remplacement de l’agent, nous avons proposé un mail de la cellule vers REV, CTAE et UGD pour les personnels d’animation, et vers chargées de coordination/UGD pour les ASEM/ATE/Gardiens.

Échéancier de mise en œuvre des cellules

Nous avons interrogé la DASCO sur la mise en œuvre de ces cellules renforcées. Le premier trimestre 2019 a été avancé, sachant que ces cellules ont vocation à évoluer progressivement.

Nous vous tiendrons informés des suites des discussions avec la direction.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article