Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Le Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions, des Sujétions, de l'Expertise et de l'Engagement Professionnel est un nouveau régime indemnitaire qui  remplace la plupart des primes et indemnités existantes.  Pour en savoir plus, lire ICI

  • À ce jour, environ 11 000 agents sont déjà passés au RIFSEEP (corps administratifs, de la filière sociale, des bibliothèques et des agents transférés de la Préfecture de police),
  • Pour environ 5 000 agents, les barèmes (pris par arrêtés ministériels) ne sont pas publiés, empêchant la mise en place du RIFSEEP,
  • Pour environ 33 000 agents appartenant à 25 corps distincts, les barèmes sont publiés et il est proposé une mise en place du RIFSEEP au 1er mai 2019. après délibération du Conseil de Paris

La mise en place du RIFSEEP se traduit par une modification des codes sur la fiche de paie. La transposition du régime indemnitaire d’un agent à situation administrative équivalente ne doit entraîner aucune perte de rémunération.

Des inégalités révoltantes perdurent !

Certains agents auront une perspective d’évolution de leur niveau indemnitaire….mais cela sera souvent au détriment de l’augmentation d’autres agents….car le niveau global d’augmentation des primes est très limité.

Les régimes indemnitaires manquent totalement de transparence dans la plupart des corps. et la DRH refuse de communiquer aux organisations syndicales les montants minimums, moyens et maximums des primes par corps, grade et direction en 2018. Voir lettre intersyndicale à la Maire de Paris, ci dessous en PJ.

 

Paris, dans les faits à l’un des régimes indemnitaire le plus inégalitaire de la fonction publique. Et malheureusement, en raison de son statut spécifique, le Préfet considère que la Ville de Paris a le droit d’être en dehors des clous. Lire ICI

 

La Ville de Paris perpétue depuis trop longtemps les inégalités entre les filières féminisées et les autres. L’égalité femmes/hommes, que nous revendiquons, n’est toujours pas assurée dans le cadre des régimes indemnitaires

 

L’ensemble de ces inégalités sont justifiées par la DRH  au regard de l’histoire de la Ville de Paris… et du manque de moyens. C’est totalement inadmissible !

 

Des mesures très insuffisantes prises par la Ville !

 

La Ville a décidé de mettre en place des montants minima de prime pour les agents qui pourraient en principe évoluer selon des critères à définir.

4 900 agents, parfois disposant d’une ancienneté importante mais surtout agents contractuels, pourraient bénéficier d’une revalorisation indemnitaire (le plus souvent très limitée) suite à la mise en place de ce montant d’entrée de corps. Ces agents ont actuellement un montant indemnitaire inférieur au montant d’entrée de corps. Parmi les titulaires cette revalorisation concerne essentiellement 678 éducatrices de jeunes enfants, les éducateurs des activités physiques et sportives travaillant dans les gymnases et une centaine d’animateurs. La majorité des autres agents concernés sont des milliers d’agents contractuels à temps complet ou incomplet ATE, ASEM, adjoints d’animation etc.

Au moins pour un corps, les agents techniques des écoles ce montant est inférieur au montant actuel pour pouvoir revaloriser les agents contractuels ! Le SUPAP-FSU demande des montants d’entrée de corps au moins égaux aux montants actuels.

Chaque changement de grade entraînera une revalorisation du niveau indemnitaire de l’agent promu (montants forfaitaires bruts annuels).

Pour les corps de catégorie C :

  • L’accès à l’échelle C3 : + 200€
  • L’accès à l’échelle C2 : + 120 €

Pour les corps de catégorie B :

  • L’accès au  3ème grade : + 600 €
  • L’accès au 2ème grade : + 400 €

Pour les corps de catégorie A :

Chaque changement de grade : + 800 €

 

Il y a donc bien des améliorations limitées pour certains corps ou agents.  Mais  les inégalités entre agents, directions et corps sont, le plus souvent totalement illégitimes, ne sont pas traitées ou insuffisamment traitées depuis des dizaines d’années.

 

L’histoire a bon dos pour justifier les inégalités femmes/hommes et un traitement de certains agents et professions à la limite du mépris !

 

Comment justifier des montants d’entrée de corps pour la majorité des corps de catégorie C, inférieurs à 2500 euros y compris pour certains d’entre eux recrutés en C2, alors que le montant d’entrée de corps des inspecteurs de sécurité recrutés eux aussi en C2 est de 9 000 euros ?

 

Par souci de transparence, et même si ces documents ne sont pas toujours aisément compréhensibles, nous les mettons en ligne , sachant que ces propositions peuvent être modifiées à la hausse comme à la baisse !

Lettre intersyndicale à la Maire de Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anonyme 22/02/2019 14:02

Bonjour,
en fait il nous suffirait juste d'avoir un SALAIRE nous permettant de vivre et habiter dans la Ville pour laquelle nous travaillons...