Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Reçu en audience bilatérale par la direction le 24 janvier dernier, le SUPAP-FSU avait eu l’occasion d’évoquer les chantiers prioritaires à mettre en œuvre sur la DASCO pour les différentes filières dans le cadre de l’agenda social 2019 et de rappeler nos revendications concernant l’amélioration des conditions de travail et de rémunération des agents.

Parmi ces demandes, deux d’entre elles concernaient les personnels d’animation des Actions Éducatives des CASPE.

PASSAGE DES RAE EN CATÉGORIE A

Cette revendication pour laquelle notre syndicat avait reçu un écho positif auprès de Patrick Bloche dès son arrivée, et que nous avions par la suite relayée par tract comme ICI, s’appuie sur deux arguments de fond.

Elle se justifie, d’une part au regard des missions exercées par les RAE, relevant clairement de la catégorie A, d’autre part, par l’importance de structuration d’une véritable filière animation à Paris.

Avec près de 2 500 AAAS de catégorie C et bientôt 650 AAP de catégorie B, les possibilités d’accéder à une catégorie A, via la filière animation, sont quasi nulles à ce jour avec 7 postes de chefs de pôles affaires scolaires occupés par des CAPSA. Ce ratio est absolument inacceptable.

Le corps des CAPSA doit accueillir, à minima, les 20 chefs de pôles affaires scolaires et responsables d’action éducative des CASPE.

Mme Delpal en accord avec nous sur ce point a porté cette demande auprès du secrétariat général de la Ville de Paris. Nous sommes donc en attente d’un arbitrage de la mairie. À suivre…

REVALORISATION INDEMNITAIRE DES RAE, CTAE, CMFAE

Nous avons également argumenté de nouveau notre demande d’augmentation du régime indemnitaire des personnels d’animation des actions éducatives.

Nous demandons au minimum une augmentation des 600 euros annuels de ces personnels pour couvrir le différentiel avec les REV qui perçoivent l’indemnité de directeur de CLE en été.

Si nous reconnaissons que la préparation de l’été fait partie intégrante des missions de ces personnels, il est en revanche inconcevable que le régime indemnitaire d’un N+1 soit inférieur à celui des agents qu’il encadre.

C’est pourtant une situation fréquente, notamment pour les REV qui deviennent CTAE ou CMFAE et qui subissent cette perte sèche de 600 euros en prenant ces postes. Drôle de promotion !

Là aussi, la direction entend cette demande qu’elle estime légitime, mais contrairement au point précédent, il n’y a pas encore eu de demande officielle auprès de la DRH et du secrétariat général. Il serait grand temps !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article