Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Dans sa délibération fixant les ratios promouvables (part des agents pouvant prétendre à une promotion qui seront promus), la Ville de Paris se targue de nombreuses avancées et d’une attention particulière portée aux professions fortement féminisées.

 

De quoi se réjouir ? Non ! Il suffit d’inverser les ratios pour avoir une lecture claire de la situation des assitants sociaux éducatifs et des EJE :

 

25% de promus, c’est 75% d’agents qui seront privés de promotion et donc d’évolution indemnitaire, parmi lesquels des agents « oubliés », en attente de promotion parfois depuis des années sans que rien ne le justifie sinon la loterie annuelle engendrée par les Ratios Promus/Promouvables (RPP ou Ratios Plouf Plouf : « ce sera lui qui aura la promotion, au bout de 3… 1, 2, 3…, Oups, dommage ! ».

 

Le SUPAP FSU demande depuis des années des ratios à 100% seuls garants d’une équité et d’une transparence qui ne sont aujourd’hui pas de mise du fait des ratios !

 

Le 26 mars, lors de la Commission Administrative Paritaire (CAP) des Assistants Socio-Educatifs, le SUPAP FSU est intervenu en direction de Véronique Levieux (adjointe à la Maire de Paris en charge des Ressources humaines, du dialogue social et de la qualité des services publics) pour dénoncer le décalage entre les discours et les actes de la Ville de Paris s’agissant des efforts consentis pour favoriser l’évolution des corps (ou professions) fortements féminisés, à travers l’exemple des Assistants Socio-Educatifs . 

 

« Madame la Présidente,

 

Ce n’est pas souvent que les organisations syndicales vous disent MERCI, alors en préambule à cette déclaration, nous tenons à vous remercier.

Le SUPAP FSU a pris connaissance de votre projet de délibération fixant les ratios promouvables de la Ville de Paris. Nous avons lu avec plaisir que ces ratios traduiraient, je cite : « la détermination de la collectivité à promouvoir l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, à travers les très fortes augmentations des ratios proposées pour les corps majoritairement féminins ».

 

Enfin ! Nous sommes nous dit, la municipalité, peu avare de grands discours sur l’égalité traduit ses belles paroles en actes concrets ! Car il est sans doute inutile de vous rappeler que les grilles indemnitaires de certains corps ont été construits, il y a des décennies, par des mâles bien-pensants pour qui il n’était pas question de trop bien payer les femmes qui travaillaient entre-autre, auprès des enfants, personnes âgées, handicapées, ou auprès des personnes défavorisées …

Pourquoi, en effet, rémunérer correctement ce travail, qu’elles avaient durant des siècles fait gratuitement !? Puisque leur instinct maternel (le fameux) les porte naturellement vers ce type d’activités, inutile de trop les payer : puisque cela les amuse ! Et inutile de courir le risque, avec un salaire convenable, que de leurs maris elles s’émancipent ! PAYONS-LES AU LANCE-PIERRE !

 

Loin de nous l’idée d’accuser la municipalité parisienne d’avoir créée cette situation ! Non ! Nous regrettons juste que notre belle municipalité en tire profit et réalise depuis des années des économies sur le dos des corps féminins grâce à des politiques machistes qui - vous en conviendrez - ont assez mal vieilli, et qu’un réel engagement en faveur de l’égalité aurait dû modifier ou compenser il y a de cela bien longtemps déjà !

Mais nous y revenons : enfin, nous sommes nous dit, la municipalité agit : Youpi !

 

S’agissant de la CAP 29, des Assistants Socio-éducatif, corps majoritairement féminin s’il en est (92% de femmes, c’est dire !), nous déroulons la délibération… le suspens est intenable… La très forte augmentation des ratios proposés pour le corps des ASE est de … est de… est de 3% pour l’accès au 1er grade (ex principaux), soit les plus bas salaires ! (taux de promouvables à 25% pour l’accès au premier grade en 2019 contre 22% en 2018)

 

Mais enfin, nous répondrez-vous, il y a bien une augmentation, puisque les ASE bénéficient d’une mesure nationale – attendue depuis 50 ans : leur passage en catégorie A qui s’accompagne d’une augmentation énoOorme (7€net par mois en moyenne) et de la création d’un nouveau grade : La classe exceptionnelle. Classe exceptionnelle pour laquelle vous fixez, en 2019, un ratio de promouvables de ... 15% : oh Joie ! Un joli taux quand on considère le nombre d’agents proches de la retraite qui plafonnent depuis des années au dernier échelon de la 1ère classe, qui ont milité 30 ans pour être reconnu.E.s et sur le dos desquels vous réaliserez encore de belles économies puisqu’aussitôt promus ces agents seront... retraité.E.s !

 

Alors, au nom des Assistants Socio-Educatifs, d’Olympe, Georges, Frida, Simone et Malala, nous voulons dire à la Ville : MERCI ! merci pour votre « détermination » et engagement en faveur d’une forme nouvelle d’égalité femme-homme : le Fémi-cynisme !»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article