Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Introduction

Les membres du SUPAP-FSU étaient M. Sully Agnoly, M. Ludovic Criquetot,  M. Laurent Giat, M. Jean-Yves Genevieve, tous adjoints techniques en brigades de voirie, M. Fouad SBAI IDRISSI agent supérieur d'exploitation et Jean-Jacques Jolivet représentant syndical au Crédit Municipal de Paris. Ainsi que les syndicats UCP et CGT.

La direction indique en préambule qu’il y avait eu une forte sollicitation des brigades suite à des mouvements sociaux et qu’elles auraient de nouvelles missions, des évolutions… La direction a évoqué la rationalisation, de nouvelles missions et aussi des dégradations dans Paris.

Points abordés

- Un bref rappel sur la mise en place de la RIFSEEP à partir du mois de mai, les éléments variables seront toujours pris en compte et aucune perte de rémunération prévue, on reste vigilant, on demande à voir et on jugera le moment venu.

- NBI pour la brigade nord. Aucune proposition seulement une promesse que la question sera étudiée.

- La CGT a demandé une compensation pour le surcroît de travail dus aux troubles des manifestations des gilets jaunes, la direction a répondu aucune compensation gilets jaunes.

- Le SUPAP-FSU a soulevé la situation des conditions de travail, de sécurité, risque d’accident sur les grandes voies. Problème d’outillages, de charge lourde et le manque de moyens au sein des brigades de la SMEP. Le responsable de la SMEP a affiché sa bonne foi et a promis de palier au dysfonctionnement de sécurité et de faire le nécessaire en ce qui concerne le matériel. La direction a indiqué que de nouveaux véhicules seront livrés. Le renouvellement des véhicules se fera après avis des TAM fin 2019. C'est le seul point positif de la réunion.

Le SUPAP-FSU a aussi remis en main propre à la directrice des photos où l’on voyait ces risques professionnels pour les agents. De plus, il a fait observer que des groupes électrogènes sont présents dans certains camions et qu’il n’y a pas de porte coulissante (problème de santé lié aux particules fines : maladies coronariennes).

Le SUPAP –FSU a évoqué une surcharge d’activité entre décembre 2018 et maintenant, en effet, les brigades ont supporté des charges de travail importantes dues aux  mouvements sociaux (gilets jaunes) et demande à la direction une compensation financière pour la fin de l’année sous forme de prime pour les efforts que les agents ont fournis (gilets jaunes, manipulation des grilles des arbres).

Pour finir le SUPAP-FSU a fait remarquer que des caddies étaient utilisés pour transporter des objets lourds ainsi que des bidons.

Au sujet des conditions de travail difficiles, le SRH de la DVD évoque le problème du mal de dos en rapport avec le levage des grilles de protection des arbres, lesquelles sont très lourdes. Elle informe que la direction est tout à fait ouverte sur ce sujet pour améliorer les conditions de travail. Le SUPAP FSU a déjà demandé des moyens de levage, hydrauliques, il n’est pas normal que les sociétés privées de travaux publics en soient équipées et pas les agents publics intervenant dans Paris.

- Une proposition sur la prime de conduite nous sera envoyée mais la directrice a confirmé que sa proposition sera loin des 6 heures réclamées.

- Protocole de conduite une proposition sera apportée prochainement aux syndicats.

- Une réflexion sera lancée sur la prime de contrainte matinale

Conclusion

Une réunion intersyndicale ce n'est pas la bonne formule, surtout quand un syndicat représentatif affirme qu'il n'y a aucun problème au sein de la SMEP dommage.

La conclusion est que la direction a adopté le principe de : faites-moi confiance on va voir ce que l'on peut faire. Ce n'est pas étonnant de la part de la direction de la voirie et des déplacements.

Les agents de la voirie ne se laisseront pas endormir par des promesses qui ne seront jamais tenues. Ils exigent un calendrier et des réponses concrètes à leurs souffrances et ils disent à la direction : nous irons jusqu'au bout pour faire aboutir nos légitimes revendications.

Ainsi, iI faut d’ors et déjà réclamer à la direction, le détail du plan d’investissement pour rénover le parc de véhicules, ainsi que l’outillage destiné à améliorer les conditions de travail des ouvriers des brigades intervenant sur l’espace public parisien.

En effet, il faut savoir que dans le cadre de la préparation budgétaire de l’exercice 2020, dès avril 2019, les propositions de dépenses doivent remonter des directions vers la direction des finances et des achats, il faut donc afin d’apprécier la réelle bonne volonté de la direction, avoir des éléments tangibles d’engagement budgétaire de la part de la direction.

Analyse et  leçons à tirer

Enfin, nous devons tout de même souligner l’ambivalence comportementale des autres organisations syndicales présentes, en effet, l’UCP représente majoritairement les cadres, chefs de service souvent ingénieurs et quant à la CGT, elle porte la voix des agents de maîtrise qui sont souvent chef de brigades. La CGT a ainsi estimé que le SUPAP FSU mettait en cause la compétence des agents de maîtrise. Ce n’est pas la faute de notre syndicat si nous cherchons à la DVD à représenter les intérêts des agents de catégorie C, qu’ils soient ouvriers ou employés administratifs. Une réunion qui met en présence direction et organisations syndicales doit chercher à chercher l’intérêt général, à protéger la santé et la dignité des travailleurs et non pas à faire s’affronter des « corporatismes » bien souvent dépassés. Ce manque d’unité et de conciliation syndicale, est un facteur de division et notre organisation devra sans doute chercher davantage de concertation avec les autres O.S, sans toutefois renier ses valeurs, à savoir la défense de la santé et de la dignité des travailleurs, en particulier les plus exposés aux risques particulièrement élevés quand on intervient dans un milieu urbain, dense et pollué, par tous les temps et souvent dans l’urgence.

Notre syndicat s’efforce à rechercher le progrès social, et cette volonté passe par une analyse correcte de la situation du collectif de travail.

Cette capacité d’analyse passe par un discours de « vérité », par exemple, il est inexact d’affirmer que c’est le syndicat SUPAP FSU qui a organisé ou demandé la tenue d’une inter syndicale.

Bien au contraire, le SUPAP FSU a demandé l’organisation de rencontres « bi latérales » mensuelles avec la direction sur des sujets précis et la mise en œuvre d’un agenda social. La direction a organisé et préféré recevoir les organisations syndicales toutes ensembles, ce qui n’est pas un format adapté à une réunion constructive.

Madame la directrice a refusé de recevoir une heure par mois, les représentants du syndicat SUPAP FSU, en arguant du fait que les rencontres régulières étaient plutôt réservées aux OS qui ont des membres élus aux instances syndicales, ce qui ne pas le cas de notre syndicat, pour quelques voix manquantes.  Toutefois, elle a conseillé à notre organisation de rencontrer la sous directrice, et la responsable du SRH de la DVD, nous ne manquerons pas de les solliciter pour des audiences, ou plutôt des réunions de travail que nous espérerons constructives et fructueuses pour tous les agents de la DVD.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article