Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

 

Cette conférence RH du 21 mai arrive, hélas, à point nommé pour nous préparer à accompagner la mise en œuvre du projet de loi de casse de la Fonction Publique. Le gouvernement veut par ce texte législatif, changer la formation des encadrant.es afin qu’ils deviennent de bons exécutants des décisions relatives aux coupes budgétaires. Il s’agit de faire évoluer le corpus éthique, d’extraire le sens du service public afin de contraindre les cadres à l’exécution de nouvelles décisions d’austérité financière et organisationnelle. Il convient que les cadres acceptent sans résister de se plier aux injonctions de réduction budgétaire, de faire faire toujours plus à leur équipe avec toujours moins, de réduire les effectifs… Il s’agit d’intégrer les méthodes du privé dans la fonction publique à un niveau jamais égalé, or nous connaissons les ravages de ce type de management dans les services publics (cf le procès actuel de France Télécom…)

Un pouvoir au service de l’argent

Pour le gouvernement, les dépenses publiques seraient à la fois inefficaces et insupportables pour la collectivité. Comme si la situation n’était pas le fruit de politiques délibérées.

Précariser les agents pour démanteler les services

D’importants transferts d’activités par externalisation vers le secteur marchand sont à prévoir. Il y aura moins de missions de service public, moins d’agents, moins d’effectifs pour des conditions de travail dégradées ; moins de titulaires pour plus de précaires et de « flexibilité » ; moins de place au déroulement de carrière et plus d’individualisation des rémunérations. Tout le contraire des investissements et des protections dont nous avons besoin pour faire face aux défis du 21ème siècle.

Se soumettre ou se démettre

Le gouvernement entend mettre aux ordres les agents publics : renforcement du pouvoir disciplinaire, précarité accrue par un recours massif aux non titulaires, renforcement de l’arbitraire dans la rémunération et les promotions, mobilités forcées, mise en dépendance de l’encadrement supérieur avec le pouvoir politique, coups de rabot sans précédent sur les missions dévolues aux instances du dialogue social qui défendent les droits des agents.

Ces dispositions augurent d’un changement radical de la conception et de la reconnaissance de l’encadrement, dont l’indépendance vis-à-vis du pouvoir politique, dans le cadre de la continuité du service public, laissera la place au devoir de soumission. La reconnaissance de la qualification sera aléatoire, selon des critères opaques et réduits, puisque les « hauts potentiels » seront incités à partir dans le privé ! De façon identique, une autre conception de la Fonction Publique substituera au principe d’égalité de traitement des usagers, des critères de solvabilité des clients et d’abandon de missions. Nous allons vers la mise en place d’une Fonction Publique réduite au minimum, où la qualité cèdera le pas à l’austérité budgétaire, et qui n’aura besoin que de quelques cadres aux ordres, privés de leur éthique professionnelle et citoyenne.

 

Cadres, Encadrant.e.s, agissez pour stopper ce projet de loi.
 

Venez participer avec nous aux réunions d’informations syndicales.

Dates et lieux des prochaines réunions

Jeudi 23 mai, 9h-12h, Avenue de France, Salle Phoenix - 1er étage- 103 avenue de France

Vendredi 24 mai, 9h-12h, Bédier (ouest), Salle 3e étage  141

Lundi 27 mai, 9h-12h, Mazas, 72 -76 Quai de la Rapée - Salle 105 Rez-de-Jardin

Lundi 27 mai, 14h-17h, Mairie du 20ème, Salle Belgrand

Mardi 28 mai, 9h-12h, Mairie du 13ème, Salle d'attente des Mariages

Mercredi 29 mai, 9h-12h, Mairie du 11ème, Salle Roussel

Mercredi 29 mai, 14h-17h, Mairie du 16ème, Salle des commissions

Comment participer?

L'administration a été informée de la tenue de ces réunions et les a autorisées.
Syndiqué.e ou non, vous pouvez participer à l'une d'entre elles. Chaque agent.e a droit à une heure mensuelle d'information syndicale pendant son temps de travail. Il est possible de regrouper jusqu'à trois heures d'information en cumulant l'heure du mois en cours avec les heures non prises lors des deux mois précédant la demande. Sauf nécessité de service, vous pouvez donc participer à ces réunions, en informant votre hiérachie à l'avance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article