Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Après une préparation toujours plus tardive et deux semaines de fonctionnement, voici un état des lieux des conditions de travail des équipes d'animation et des dysfonctionnements signalés à notre syndicat. Tout ceci ayant un impact direct sur la qualité d'accueil des petits parisiens qui pourraient, à n'en pas douter, profiter de vacances plus agréables.

Il y a d'abord le malheureusement trop prévisible. Dans cette catégorie, listons :

  • les déplacements d'animateurs affectés sur une école, ayant suivi les réunions de préparation, mobilisés sur des projets…puis déplacés comme des pions au dernier moment en raison d'une préinscription inefficace et chronophage pour les REV, voir notre information récente ICI. Sur ce point, suite à notre signalement, un vœu a été adopté au Conseil de Paris de juillet. Il y aura prochainement une concertation entre les services de la Ville de Paris et les organisations syndicales de l'animation sur cette question. À suivre. En attendant…toujours les mêmes conséquences déplorables à endurer !
  • Les structures accueillant plus de 150 enfants dans des locaux souvent inadaptés. Que dire des conditions de travail des équipes d'animation et d'accueil des enfants sur ces écoles ?  Pas du bien en tout cas ! Ici, l'objectif est de faire sortir un maximum de groupes le plus rapidement possible pour qu'au moins la sécurité de tous soit assurée. Quand la logistique prime sur le pédagogique et le choix de l'enfant, ce n'est pas bon signe !
  • Le problème récurrent de l'hygiène corporelle en maternelle toujours pas réglé depuis six ans. Qui change les enfants et dans quelles conditions ? Ce problème est d'autant plus prégnant en été avec l'accueil de nombreux enfants sortant de crèche qu'il faut régulièrement changer. Silence assourdissant et coupable de notre employeur qui n'est pas capable de dire autre chose que : "débrouillez-vous, mais changez les enfants, sinon vous serez accusés de maltraitance" ! No comment !

Et puis il y a les nouveautés 2019. Nouveautés qui ne vont pas, hélas, dans le sens d'une amélioration de notre service public :

  • L'annulation de cars au dernier moment sur plusieurs CASPE. Plusieurs pistes sont évoquées pour expliquer ce dysfonctionnement. L'incapacité des autocaristes choisis par la Ville à fournir le nombre de cars prévus est une évidence, mais il y a également eu un défaut de communication entre la DASCO centrale et les CASPE sur le nombre de cars attribués quotidiennement. Quoi qu'il en soit, on ne peut pas dire là non plus que ce soit positif, ni pour les équipes qui ont préparé ces sorties, ni pour les enfants et les familles.
  • La livraison groupée de pique-niques sur un site pour plusieurs centres de loisirs ! Les collègues doivent donc se rendre sur une école voisine, puis retrouver leurs 24 PN sur les 96 PN livrés, puis, parce que ce serait encore trop simple si ce n'était que ça, reconstituer les PN, les chips et les couverts étant à part ! Ceci fait, les animateurs peuvent repartir avec leurs PN…et leurs bouteilles d'eaux d'1,5 litre sans gobelets à la place des bouteilles individuelles habituelles !

Non, vous ne rêvez malheureusement pas ! Là, on touche vraiment le fond ! Cette innovation géniale nous vient de la caisse des écoles du 20e, avec la complicité passive de la CASPE 20.  On imagine bien l'intérêt de cette formule pour la caisse des écoles qui doit ainsi faire des économies évidentes de personnels, personnels par ailleurs en situation de grande précarité, mais c'est un autre problème que nous ne traiterons pas ici. On comprend moins le positionnement de la DASCO et de la CASPE 20, peu enclines à défendre les conditions de travail de ses agents et la qualité de son service public ! Nous demandons à la DASCO d'user de son poids pour que ces pratiques ne soient pas reconduites sur le 20e, et encore moins étendues à l'avenir à d'autres arrondissements.

Face à ce constat, nous tirons la sonnette d'alarme auprès de la direction sur le ras-le-bol des équipes d'animation, fatiguées de ces conditions de travail inacceptables l'été et écœurées de devoir accueillir ainsi les enfants.

Et ce d'autant plus que la dégradation va s'amplifier très largement l'an prochain avec la mise en œuvre de la modalité désastreuse d'arrivées et départs échelonnés prévue dans le futur règlement de service, pour laquelle nous avions pourtant alerté l'élu et la direction l'an passé au Comité technique de juin 2018, voir ICI.

Vous me direz, le même règlement, en assouplissant les possibilités de pose des congés, encouragera vraisemblablement beaucoup d'animateurs et de REV à concentrer leurs congés sur cette période d'été, que la très grande majorité considère comme la plus fatigante et la plus contraignante du point de vue organisationnel !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article