Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Le gouvernement refuse une nouvelle fois d'augmenter les salaires des agent-es de la Fonction publique ! Pas de dégel de la valeur du point d'indice, pas de mesures générales, pas d'abrogation du jour de carence… Quand aux non-titulaires, ils devront également attendre…
Le gouvernement officialise par la même une perte conséquente du pouvoir d'achat pour l'ensemble des agent-es publics.
C'est une nouvelle forme de mépris du travail et de l'engagement des plus de 5 millions d'agent-es, dont 40 % sont en catégorie C avec des rémunérations proches du SMIC, alors même qu'ils font vivre tous les jours les services publics et la Fonction publique partout sur le territoire et souvent dans des conditions difficiles.
Au-delà du nécessaire dégel de la valeur du point d'indice, la FSU avait fait, dans un courrier daté du 11 juin dernier, des propositions notamment en ce qui concerne l'évolution des échelles de rémunération.
Mais le gouvernement n'a rien retenu des propositions faites par les organisations syndicales.
Seule la mise en œuvre des dernières mesures du protocole PPCR, signé par la FSU en 2015, permet une amélioration du déroulement des carrières. Mais ce ne sont pas des mesures nouvelles, de plus le gouvernement les avait retardées d'un an.
Cette situation est inacceptable pour la FSU.
Elle est injuste pour les agent-es. Elle ne participe pas non plus à rendre plus attractive la Fonction publique ni à une meilleure reconnaissance de celle-ci par les usager-es.
Le gouvernement doit impérativement revoir sa politique salariale et s'engager dans la poursuite de la revalorisation des carrières et des rémunérations. L'inverse de sa politique actuelle !
C'est d'autant plus urgent que la future réforme des retraites, de l'aveu même du gouvernement, serait défavorable aux fonctionnaires en raison d'une telle politique salariale.
C'est pourquoi, la FSU continuera de défendre le pouvoir d'achat des agent-es publics afin d'obtenir une réelle reconnaissance de leur  travail et de leur engagement au service de l'intérêt général.

Les mesures annoncées:

- Reconduction GIPA: le texte sera publié "dès la rentrée" (septembre?),

- CSG : réévaluation "à titre exceptionnel" en 2020 (était prévu seulement en 2018 et 2019),

- Groupe de travail annoncé sur le RIFSEEP : il s’agirait de déconnecter IFSE / CIA. Le CIA serait déplafonné et serait un bonus "individuel ou collectif" qui pourrait s’appliquer y compris à ceux qui ne bénéficient pas de l’IFSE,

- Assistants sociaux et conseillers techniques : ils bénéficieront des plafonds indemnitaires de la catégorie A, en suite logique de leur passage en catégorie A depuis février 2019 (PPCR),

- Ouverture d’une concertation sur l'attractivité : un dispositif existe à l’Etat (l’indemnité temporaire de mobilité) mais il est très peu appliqué ; des montants (aujourd’hui plafonnés à 10 000 euros) pourraient être revus . Le sénat a voté le déplafonnement du Rifseep dans les communes ayant des difficultés de recrutement, le gouvernement sera contre mais réfléchit à comment avoir des mesures nouvelles que les employeurs territoriaux pourraient utiliser,

- Revalorisation du barème du CESU garde d’enfants : serait utilisable par un certifié / PE jusqu’au 7° échelon,

- Frais de repas : passage de 15,25 euros à 17,50 euros. N’avaient pas été revalorisés depuis 20 ans,

- Indemnité de développement durable sera créé ( indemnisation de l’utilisation du vélo, etc) : encore à préciser,

- ouverture de discussions spécifiques à l’hospitalière.

Pour la FSU , les mesures annoncées (ci-dessous) existent déjà et ne concernent pas tous les agent-es. Ce ne sont pas non plus des mesures de politique salariale (ex: l'action sociale qui ne peut pas être considéré comme un complément de salaire).

Certaines de ces mesures sont justes revalorisées.

Si un groupe de travail sur le  salaire au mérite est annoncé, la loi actuellement en discussion tranche déjà la question...

A travers ce qui est dit ce matin, il n'y a pas de volonté d'équité entre les agent-es, pas de volonté d'harmoniser entre les versants de la Fonction publique. C'est même l'inverse qui est prévu. On va vers une individualisation voire une opposition entre agent-es.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article