Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Les personnels titulaires de la surveillance tous grades et corps confondus ne veulent plus venir travailler dans ce service !

Des postes restent vacants, car des stagiaires préfèrent renoncer au bénéfice de leur concours, des titulaires refusent les promotions plutôt que de les occuper !  Les autres sont occupés par des agents stagiaires  qui ne peuvent pas faire autrement car ils ne sont pas en capacité de refuser !

Des postes d’agents logés pourtant à titre gratuit (!!!) ne trouvent pas preneurs !

Pourquoi : parce que le service des cimetières n’est plus du tout attractif pour les personnels de la surveillance !

Dans les conservations, au service des cimetières, à la DEVE, chez l’adjointe sectorielle, à la DRH, au secrétariat général, chez la Maire de Paris : personne ne s’interroge?

Inconscience? Laxisme? Irresponsabilités? Un peu des trois ? La question se pose !

 Soyons plus précis, le service des cimetières c’est trois univers professionnels distincts.

  • Moins de 100 administratifs : dans les conservations et le service central, adjoint administratif et leur maitrise

 

  • presque 200 personnels ouvriers et  techniques : fossoyeurs, ATEE, adjoints techniques horticole et leurs maitrises.

 

  • presque 200 personnels de la surveillance, AAS et leur maitrise.

Ces trois univers professionnels sont regroupés au sein d'une même structure administrative : Le service des cimetières.

Le service des cimetières oui… oui certes, mais avec des baronnies fortes ! Baronnies administrativement appelé conservations ". 

Le fait est patent même si le dire et, pire encore, oser l'écrire sera considéré et dénoncé comme faux et insultant ; pourtant, c’est ce que pensent et disent la plupart des agents.

Pour le SUPAP-FSU, le service central et ses « baronnies », n'est pas notre souci premier puisque eux-mêmes ne manifestent aucun intérêt réel pour les personnels de la surveillance.

  • Et pourtant :

Les personnels de la surveillance sont des agents dont le métier est d'appliquer et de faire respecter dans les cimetières, par le public et les professionnels (Pompes Funèbres, marbriers,…) les règlements et arrêtés de police de la Maire et par là même les dispositions de la police du funéraire.

  • Et pourtant :

Les TSAM et certains agents de catégorie C des cimetières ont une délégation de signature de la Maire de Paris non pas pour une « PMP » mais pour la mise en œuvre de la Police Funéraire du CGCT commune à tout le territoire Français !

En effet :

            Un agent de la surveillance dans les cimetières est :

  • Assermenté par le procureur de la république.
  • Du fait de son statut juridique, dans le cadre de ses fonctions, dans un prétoire sa parole a valeur de preuve contrairement à la parole de tout-un-chacun.
  • En uniforme pour mieux affirmer l'autorité et les prérogatives de sa fonction.
  • A les habilitations nécessaires pour faire appliquer la police du funéraire (inhumations,          exhumations).
  • Et pourtant :

Aucune reconnaissance de la DEVE, du service des cimetières, des conservations, mais une condescendance qui ne se dit pas, certes, mais qui se constate, alors que nous sommes indispensables au service : sans agent, pas d’opération funéraire !

 

Et pourtant, malgré tout, les personnels de la surveillance sont des agents qui travaillent dans les cimetières et qui veulent, très majoritairement continuer à y exercer leur métier, ce que le SUPAP-FSU comprend, défend et approuve totalement.

 


ALORS ?
 

  • Travailler dans les cimetières oui ! Sous la direction des conservations, du service des cimetières et de la DEVE : NON ! Aucun intérêt, que des inconvénients.

 

  • Les personnels de la surveillance n'ont, sur le plan professionnel, rien de commun avec les personnels administratifs ou ouvriers.

 

  • Les personnels de la surveillance ne devraient pas être placés sous l'autorité des conservations, ni du service des cimetières, ni de la DEVE car ces trois structures administratives ne sont pas pertinentes pour gérer efficacement  les personnels de la surveillance.

 

  • Les métiers de la DEVE ce sont l’horticulture et la sylviculture, pas l’accueil, la surveillance, la médiation et la sécurité ; c’est pour cette raison que pour eux, dans les faits, nous avons toujours été des personnels….secondaires ! Alors : BASTA  !!!  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article