Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Paris, le 15 octobre 2019,

 

Objet : hygiène corporelle des enfants en écoles maternelles

 

Mesdames et Messieurs les représentants des parents d'élèves,

 

Notre organisation syndicale, le SUPAP-FSU (Syndicat Unitaire des Personnels des Administrations Parisiennes), siégeant dans les instances de représentation des personnels de la Direction des Affaires Scolaires, souhaite vous informer d’une situation préoccupante pour laquelle, malgré nos demandes réitérées auprès de la direction, nous n’obtenons pas d’arbitrage favorable.

Il s’agit de la prise en charge de l’hygiène des enfants en maternelle sur certains temps. Depuis six ans cette difficulté demeure récurrente pour les personnels avec des répercussions non négligeables pour vos enfants.

Auparavant cette mission était assurée sur tous les temps par les ASEM (Agents Spécialisés des Écoles Maternelles), titulaires d’un CAP petite enfance. Depuis 2013 les ASEM sont responsables de l'hygiène corporelle de vos enfants uniquement sur le temps scolaire, en raison  des nombreuses nouvelles missions leur ayant été confiées sur le temps périscolaire à l'occasion de la mise en œuvre de la réforme des rythmes éducatifs.

Après réajustement en 2015, aucune anticipation n’ayant été prévue, cette mission a été confiée, en complément de tâches de ménage, aux AREM (Agents de Renfort des Écoles Maternelles) durant les TAP (ateliers des mardi et vendredi après-midi), les goûters et centres de loisirs du mercredi après-midi.

Sont restés non pourvus les temps d’interclasse et les centres de loisirs vacances scolaires, notamment les Centres de Loisirs d’Été pendant lesquels sont accueillis les enfants sortant de crèches…

Assurer la sécurité physique, morale et affective de vos enfants en toutes circonstances constitue la mission principale des agents de la Ville de Paris dans les écoles. Or, cela n’est pas le cas actuellement, la Ville de Paris n’ayant pris aucune décision concernant l’hygiène sur ces temps depuis six ans.

Contrairement aux communications orales de notre employeur à destination des associations de parents d'élèves, assurant qu'il n'y a pas de problème, ou même qu’il y a toujours deux adultes présents pendant le change, la réalité est toute autre.

La réalité, c’est des écoles où, les agents, expérimentés ou non, femmes ou hommes, se retrouvent seuls à changer vos enfants, avec ou sans formation, sans procédures internes, dans des conditions insatisfaisantes.

Les conséquences de cette situation bancale sont :

  • L’absence de personnel dédié, responsable, identifiable par les enfants et les parents pour un acte fréquent mais non anodin qui met en jeu tant la sécurité affective que physique de l’enfant.
  • La désorganisation des activités en cours par interruption et rassemblements de groupes au détriment de l’accompagnement éducatif.
  • La mise en difficulté des personnels qui doivent s’acquitter d’une tâche pour laquelle ils ne sont pas formés et ce en dehors d’un cadre clairement défini.

Cet état des lieux est inacceptable. En comptant sur la bonne volonté des uns et des autres, la Ville de Paris réalise quelques économies budgétaires sur le dos de vos enfants. En refusant de mettre en place une solution pérenne, elle met en danger non seulement les enfants mais également les personnels.

Pourtant des solutions existent :

Établir un cadre clair pour cette mission : quels personnels, avec quels moyens, dans quels lieux, selon quelles procédures. C’est à dire établir une faisabilité en cohérence avec la réalité du terrain et dans le respect des conditions de travail.

Acter ce dispositif dans le cadre du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail).  Nous avons clairement énoncé cette demande à laquelle  la Ville de Paris a opposé un refus catégorique.

Nous demandons à la Ville de Paris depuis trop longtemps de prendre les mesures nécessaires pour remédier à cette situation en prenant en compte plusieurs paramètres incontournables :

  • L'hygiène corporelle des enfants  doit être assurée par des agents formés. Changer un enfant demande un savoir-faire spécifique.
  • L'hygiène corporelle des enfants  doit être assurée par des référents identifiés par les enfants pour assurer leur bien-être dans des moments parfois anxiogènes pour eux. La multiplication des agents n'est pas souhaitable.
  • L'hygiène corporelle des enfants ne peut pas être assurée par des agents lorsqu’ils sont en charge d’un groupe d'enfants pour des raisons pédagogiques et de sécurité. En effet, changer un enfant puis effectuer le ménage nécessaire mobilise 15 à 20 minutes, temps pendant lequel l’activité est suspendue et l’accompagnement du groupe assuré par un collègue en charge lui même d’un autre groupe.

C’est pourquoi nous demandons depuis des années l’extension des contrats des agents de renforts en écoles maternelles à l'ensemble des services péri et extrascolaires.

Ces agents en charge de l’hygiène corporelle de vos enfants sur d’autres temps périscolaires sont formés, expérimentés et identifiés par vos enfants comme référents pour assurer leur change en cas de besoin.

L’extension de leurs contrats à l’ensemble des temps péri et extrascolaires permettrait d’offrir aux enfants et parents l’assurance de personnes de référence expérimentées et de régler définitivement le problème de l’hygiène corporelle de vos enfants.

Cette solution permettrait également de sortir les personnels d’animation et les ASEM d’un flou qui les met bien souvent en porte à faux.

Pour nous, très clairement, il est plus que temps que la Ville fasse cet effort indispensable.

Nous tenions par ce courrier à vous informer de cette réalité problématique qui n’a que trop duré. Nous faisons aujourd’hui appel à vous afin que vous usiez de votre voix et pesiez sur la mise en œuvre d’une solution pérenne respectueuse des besoins des enfants et des personnels de la Ville de Paris.

Les élu(e)s du SUPAP-FSU au Comité Technique et au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail de la Direction des Affaires Scolaires.

Courrier en Copie à :

Anne Hidalgo, Maire de Paris

Véronique Levieux, Adjointe à la Maire de Paris chargée des Ressources humaines, du dialogue social et de la qualité des services publics

Frédérique Lancestremere, Directrice des Ressources Humaines de la Ville de Paris

Patrick Bloche, Adjoint à la Maire de Paris chargé de l’éducation, de la petite enfance, des familles, de l’organisation et du fonctionnement du Conseil de Paris

Bérénice Delpal, Directrice des Affaires Scolaires de la Ville de Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article