Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

HALTE AU MÉPRIS DE LA VILLE DE PARIS !


La Toussaint est passée mais les problèmes demeurent.
Les remerciements de la DEVE ne nourrissent pas les AAS des cimetières.
Après les coups de projecteurs médiatiques, le retour à l’oubli.
Le corps des AAS aura-t-il droit à un enterrement de première classe après les prochaines élections municipales ?


- Suppression du concours d’AAS, baisse de qualité du recrutement.
- Charge de travail sans compensation et sans revalorisation (différence de 50€ entre AAS DEVE et AAS DPSP, absence de NBI, 1,39€ par inhumation, 2,48€ par exhumation…).
- Conditions de travail (manque de moyens, locaux non fonctionnels, règlement des cimetières obsolète, tenue inadaptée non conforme à la réglementation, formations non dispensées, exigences induites par Qualiparis, pénibilité du travail en extérieur, canicule non gérée…).
- Avenir, devenir flou, incertain, inconnu. Notre polyvalence va-t-elle faire de nous les couteaux suisses de la Ville de Paris malgré notre spécificité cimetière ?
- Infantilisation des AAS (passage à Chronogestor retardé, application FMCR inutilisable par les AAS, rétention des plannings annuels…).
Méconnaissance, ignorance, désintérêt ou indifférence ?


Nous détenons une assermentation et une habilitation funéraire, des pouvoirs de police funéraire, nous contribuons à la mise en œuvre de Qualiparis, nous assurons la tranquillité des lieux de recueillement, nous sommes les premiers représentants de la Ville de Paris sur le terrain et les premiers interlocuteurs des usagers.
Faudra-t-il en venir à bloquer totalement et durablement le système funéraire de la Ville de Paris pour enfin exister ?


Paname le 05/11/2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article