Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Notre cadeau de Noël :

Après la retraite de Delevoye, le retrait de sa réforme !

 

            Transports et raffineries en grève, écoles et services-publics fermés, manifestations monstres, une majorité de l’opinion solidaire de la grève et opposée à cette réforme..

            Après 2 semaines d’une mobilisation sociale massive, la balle est dans le camp du gouvernement.

S’il veut une trêve sociale, il doit retirer son projet de casse sociale.

 

Avec cette réforme, toutes les générations y perdraient !

 

- Avec le régime par points, les pensions de celles et ceux né-e-s après 1974 baisseraient massivement.

L’indexation du point sur les salaires ne garantit rien. Les pensions seraient calculées sur des points acquis pendant toute la carrière et pas sur les salaires des 6 derniers mois comme pour les fonctionnaires aujourd’hui.

 

- L’âge pivot à 64 ans rentrerait en mesure pour tous-tes en 2027 mais le passage de 62 à 64 ans s’effectuerait à partir de 2022. Partir avant le nouvel âge fixé signifierait perdre de 5 à 10 % de sa pension. Et cet âge resterait modifiable par le gouvernement en fonction d’un plafond de dépenses pour les retraites (14 % de la richesse nationale).

 

Il n’y aurait plus de prise en compte possible de la pénibilité.

            Mis à part les policiers qui pourront partir à 52 ans, les dispositifs qui permettaient à certains métiers de partir avant 60 ans seraient supprimés : cheminots mais aussi éboueurs, conducteurs, fossoyeurs, infirmières, aides-soignantes, égoutiers, marins,...

            Avec facteurs de risques enregistrés sur un compte individuel s’ils sont à des niveaux maximum, seuls les salariés les plus abîmés pourraient partir à...62 ans (alors que l’espérance de vie en bonne santé est de 63,4 ans et de 59 ans pour un ouvrier).

            Les majorations de 8 trimestres par enfant dans le privé (2 dans le public) pour les femmes et la bonification de 10 % pour les parents 3 enfants et + seraient remplacées par une majoration de 5 % au choix des deux parents pour chaque enfant. La quasi-totalité des mères y perdraient.

            La réforme encourage la capitalisation (assureurs privés): à partir de 10 000 euros bruts mensuels, les hauts revenus ne cotiseraient plus dans le système commun soit un déficit de 3 milliards par an.

À la Ville de Paris, on ne bat pas en retraite !

            Depuis le 5 décembre à la ville de Paris, des milliers d’agents ont fait grève, avec des taux de grévistes importants dans certaines directions, des centaines d’agents se sont réunis en Assemblée Générale et ont animé des cortèges combatifs.

            Il s’agit de refuser la réforme Delevoye mais aussi de défendre une retraite anticipée pour certains métiers : 55 ans pour les agents de la petite enfance et des écoles… et des créations de postes pour les jeunes.

            Il faut désormais élargir la mobilisation et être de plus en plus nombreux-s-es.

            La mobilisation dépend de chacun-e d’entre nous : on peut proposer à ses collègues de se réunir pour s’informer et discuter, aller ensemble aux AGs et aux manifs, organiser la solidarité financière entre nous, aller rencontrer des équipes d’autres services…

Des Noëls il y en aura d’autres, la retraite on en a qu’une !

Syndiqué-e-s ou non, réunissons-nous pour renforcer la mobilisation.

Tous-tes à la prochaine Assemblée Générale des agents de la Ville.

Ce jeudi 19 décembre à 9h30

Salle Henaff Bourse du travail, 29 Bd du temple, République.

Grève, manifs, actions :  Retrouvez-nous sur : http://bit.ly/3538nBa

Retrouvez également ci-joint :

l'appel voté à l'unanimité par les agents de la Ville à l'AG d'hier (consolidation des cortèges communs Ville de Paris dans les manifestations, création d'une caisse de solidarité)

l'appel national des organisations syndicales et de la jeunesse à continuer les actions jusqu'au retrait de la réforme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article