Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

 À la Ville de Paris, on ne bat pas en retraite ! 

À la Ville de Paris,  avec l’intersyndicale, syndiqué·e·s ou non, nous nous retrouvons en Assemblée Générale (AG) pour débattre, décider des actions ensemble. 

Le calendrier des actions : 

 Samedi 28 décembre 

Manifestation intersyndicale départementale
13h00 Gare du Nord
 

 Lundi 30 décembre 

Café-débat Retraites
Site Bédier, 5 av Porte d’Ivry
8h30-9h30 puis 12h30-13h30
 

Et à la rentrée

 Mardi 7 janvier 

Assemblée Générale des agents de la Ville de Paris
Mairie du 4e (salle des mariages) de 10h00 à 12h00
Sur Heures d’information Syndicale, tout agent peut y participer sur ses heures de travail

 

 Jeudi 9 janvier 

Journée nationale de grève et de manifestations Public Privé

Assemblée Générale des agents de la Ville de Paris
Mairie du 1er (salle des mariages) de 10h00 à 12h00
Sur Heures d’information Syndicale, tout agent peut y participer sur ses heures de travail


Manifestation régionale 

Une réforme pour retarder l’âge de départ et baisser les pensions

Avec le régime par points, les pensions baisseraient massivement. Les pensions seraient calculées sur des points acquis pendant toute la carrière et pas sur les salaires des 6 derniers mois comme pour les fonctionnaires aujourd’hui.

L’âge pivot à 64 ans rentrerait en mesure pour tous-tes en 2027 mais le passage de 62 à 64 ans s’effectuerait à partir de 2022. Partir avant le nouvel âge fixé signifierait perdre de 5 à 10 % de sa pension. Et cet âge resterait modifiable par le gouvernement en fonction d’un plafond de dépenses pour les retraites (14 % de la richesse nationale).

Il n’y aurait plus de prise en compte possible de la pénibilité. Les dispositifs qui permettaient à certains métiers de partir avant 60 ans seraient supprimés : cheminots mais aussi éboueurs, conducteurs, fossoyeurs, infirmières, aides-soignantes, égoutiers,…

Un compte individuel enregistrerait les facteurs de risques auxquels l’agent a été exposé. Mais des facteurs sont exclus du recensement : les postures pénibles, les manutentions manuelles de charges, les vibrations mécaniques et les agents chimiques dangereux ! Et les autres ne seraient enregistrés que s’ils sont à des niveaux maximum. Les très rares agents pouvant partir plus tôt partiraient au mieux à 62 ans alors que l’espérance de vie en bonne santé est de 59 ans pour un·e ouvrier·e.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article