Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Depuis plus de deux mois, notre Collectif des vacataires de Paris Musées réclame une régularisation et une amélioration des contrats de travail chez Paris Musées. En dépit de nos nombreuses actions menées pour porter cette revendication, la Direction Générale et Monsieur le Président Christophe Girard, Adjoint à la Maire de Paris pour la Culture, n'apportent à ce jour aucune réponse.

 

Ainsi, malgré l’exercice de notre droit de grève, malgré une lettre ouverte et une pétition qui récolte aujourd’hui plus de 900 signatures, malgré deux actions soutenues par l’intersyndicale de la Ville de Paris menées devant l’Hôtel de Ville, malgré un premier rendez-vous avec la Direction Générale de Paris Musées en présence des syndicats le 4 février dernier, malgré une intervention durant la campagne de M. Christophe Girard afin d’amorcer un dialogue avec celui-ci, notre président était resté silencieux. Aujourd’hui, sa réponse tardive du 12 février nous apparaît aussi inadéquate que teintée d’un mépris social qui, peut-être, s’ignore.

 

Alors qu’une partie du personnel d’accueil et de surveillance de Paris-Musées se retrouve sans emploi dès cette fin de semaine, M. Christophe Girard repousse la possibilité d’une rencontre à une date aussi lointaine qu’imprécise : celui-ci projette de nous recevoir à l’issue d’une réunion de direction qui se tiendrait dans la semaine du 24 février, à laquelle nous se serions pas invités, mais au cours de laquelle notre situation serait évoquée. Qui plus est, toujours dans sa réponse du 12 février, M. Christophe Girard nous présente la prolongation d’une partie des contrats des agents du Musée d’Art Moderne jusqu’au 1er mars 2020, date du dernier jour de l’exposition Hans Hartung, comme une avancée certaine. La réalité est bien plus banale : il s’agit de faire correspondre la date de fin de contrat des agents spécialement employés pour cette exposition à la date de clôture effective de cette dernière. Cette manipulation administrative cachant une simple régularisation n’est d’aucun bénéfice pour les travailleuses et les travailleurs, d’autant plus qu’en pratique, cette disposition ne s’applique malheureusement pas à l’ensemble des agents vacataires employés pour cette exposition, et bien encore moins à ceux des treize autres sites et musées gérés par Paris Musées.

Nous renouvelons donc aujourd’hui notre demande d’extension des contrats pour tous et non pas pour quelques jours, ni pour quelques personnes arbitrairement choisies par l’encadrement. Nous renouvelons notre demande d’abolition de l’imposition d’une carence de six mois après toute fin de contrat appliquée au sein de Paris Musées.

 

Ainsi, nous demandons un rendez-vous à M. Christophe Girard dans les meilleurs délais, soit avant le 23 février. Nous demandons la reprise du personnel dont le contrat est inférieur à six mois et la requalification de leur contrat en CDD, avec tous les droits qui y sont associés, et ce pour tous les contractuels à venir.

 

Nous appelons également à l’intensification des actions, tout au long de cette période de campagne municipale, afin de faire connaître aux électeurs la politique d’emploi désastreuse pratiquée par la Ville de Paris dans de nombreux domaines relevant de ses compétences : culture, éducation, espaces publics.

 

En préalable à toute discussion sérieuse et dans le respect du droit du travail, nous réclamons la reconnaissance immédiate de notre statut de contractuel ainsi que le renouvellement des cinquante agents précaires souhaitant poursuivre leur activité professionnelle pour Paris Musées.

 

Collectif des vacataires de Paris Musées, le 14 février 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article