Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

À ce jour, nous n’avons enregistré que quatre réponses à notre courrier intersyndical adressé aux candidats à l’élection municipale : celle de la liste « Décidons Paris », conduite par Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo », celle de  la liste « L'écologie pour Paris », conduite par David Belliard, celle du Parti Communiste, dont les candidats se présentent sur les listes de « Paris en Commun » conduites par Anne Hidalgo, ainsi que celle de la liste « Ensemble pour Paris » conduite par Agnès Buzyn.

 

Vous trouverez ces réponses exhaustives en pièces jointes, nous remercions leurs auteurs.

Les trois premières sont largement favorables aux revendications portées par notre intersyndicale, il est cependant à noter que celle du Parti Communiste n’engage pas Mme Hidalgo qui ne l’a pas reprise sous le timbre de « Paris en Commun ».

La réponse de Madame Buzyn indique au contraire une volonté claire de mettre en œuvre les dispositions de la loi, tout en mettant en avant le dialogue continu avec les représentants syndicaux.

 

Ni Mme Dati, ni Mme Hidalgo, ni M. Villani n’ont souhaité répondre, pour l’heure, de façon précise aux questions qui leur étaient posées. Si une réponse devait nous parvenir, elle serait bien entendu publiée.

 

Il est vrai que les programmes des candidats sont avant tout destinés à leurs électeurs et non prioritairement aux agents de la Ville dont un sur trois seulement habite la capitale, soit environ 20 000 personnes, représentant seulement 1% des habitants parisiens.

 

Nous aurions cependant apprécié un peu plus de franchise et de transparence de la part de ceux qui se destinent aux plus hautes fonctions municipales, qui s’appuieront sur l’administration parisienne et ses agents pour mettre en œuvre leur projet et qui auront l’obligation légale de renégocier l’accord sur le temps de travail dès leur élection.

 

D’autant plus qu’à la lecture de leurs programmes respectifs, les évolutions, réorganisations, rationalisations ne manqueront pas, ce qui ne peut qu’inquiéter nos organisations syndicales. Citons pour exemple l’élargissement des horaires des établissements municipaux, la création de la police municipale, la réorganisation de la DPE… Le programme de Cédric Villani a le mérite de la clarté puisqu’il consacre un chapitre entier à la gestion de la Ville de Paris, reprenant l’obligation légale de passage aux 1 607 h effectives de travail pour les agents.

 

Ces candidats n’ont donc pas souhaité s’engager au-delà de ce qui figure dans leur projet. Est-ce pour laisser une plus grande part à la négociation et au dialogue social lorsque la renégociation des accords RTT interviendra ? L’avenir nous le dira.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article