Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Nous organisations syndicales avons décidé de boycotter le CHSCT de la DAC de ce vendredi 12 juin.

Nous regrettons une politique du fait accompli, alors que les représentants des personnels ne sont pas informés ou très tardivement des changements en cours. Car même si, les avis du CHSCT ne sont que consultatifs, force est de constater que l’administration en tient compte ou pas au gré des circonstances. 

Nous contestons cette méthode.

Si en pleine crise sanitaire l’administration a pu prêter attention aux réflexions et propositions des représentant-e-s des personnels, force est de constater que le déconfinement est aussi celui des mauvaises habitudes.

Lors du précédent CHSCT plusieurs représentants syndicaux ont demandé une semaine de délai pour l'ouverture des 6 premières médiathèques, semaine qui aurait permis de tester le Click and Collect, d'intégrer les nouvelles procédures informatiques (démarrage prématuré de la phase de prise de rendez-vous et de retrait de réservation par les usagers alors qu’un décalage de quelques jours avaient été vivement souhaité par les équipes et demandé par les représentants et mandatés, notamment l’ouverture pendant quelques jours réservée uniquement pour les retours. Ce délai a été refusé par l'administration et les élus, résultat les équipes s'épuisent à faire des kilomètres par jour, à répondre à des dizaines de coups de téléphone, à essayer de résoudre des bugs informatiques journaliers et bien sûr à faire face à des usagers mécontents qui n'arrivent pas à faire leur commande et encore moins à prendre rendez-vous. 

Pourquoi demander aux équipes de la phase 2 de mettre en place le Click and Collect (système lourd à mettre en œuvre, imposant une importante réorganisation) pour seulement une semaine ?

Pourquoi avancer de 3 jours le retour de la 3e série de bibliothèques (jeudi 25 au lieu du dimanche 30) ?

Pourquoi rouvrir tous les espaces dès les 25 juin (avec quelques limitations d’usage) ?

Les agents s’inquiètent, légitimement, du manque de temps pour préparer ce retour avec de nouvelle modalités.

Pourquoi ne pas laisser de temps aux représentants des personnels de formuler des demandes et des propositions pour ces nouvelles modalités d’ouverture ?

Cela a t-il un rapport avec le second tour des élections municipales (dimanche 28) ? L’heure est-elle à l’accélération de la reprise ?

Pour les conservatoires, la reprise de ces cours dans des conditions limitées (nombre de personnes - élèves et professeurs concernés - manque de locaux adaptés, attente d'EPI, notamment des plexiglas) est présentée comme une « expérimentation en cas de situation dégradée », sans oublier la surcharge de travail pour les équipes qui ont à rédiger un nouveau PRA en urgence, sans oublier le dispositif avec la DASCO 2S2C et sans oublier l'inégalité de traitement entre les disciplines "individuelles" et les disciplines "collectives.

Si la situation sanitaire comme l’intérêt de nos missions peuvent justifier des évolutions, nous nous inquiétons de décisions motivées par l’échéance électorale plus qu’autre-chose. Nous ne voulons pas que ces évolutions riment avec impréparation et précipitation.  

Nous déplorons ce « retour à l’anormal », où l’administration réduit souvent le rôle du CHSCT à commenter, approuver ou désapprouver une décision déjà en cours d’application. Sans possibilité pour les représentant-e-s des personnels de consulter les équipes concernées et de faire des propositions.

Nous le regrettons et nous demandons à l’administration de donner toute sa place au CHSCT comme au point de vue des équipes.

Les mandaté-e-s CGT, SUPAP FSU, FO, UCP au CHSCT de la DAC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article