Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

DPSP, Surveillance espaces verts : les masques tombent !

Nous avons lu avec beaucoup d’attention, de satisfaction parfois, d’étonnement et de colère aussi, les propos rapportés dans le compte-rendu d’audience à la DPSP de l’intersyndicale (UNSA, CGT, CFTC, SUD) qui fut reçu le 13 aout dernier par le Directeur.

Les masques tombent en effet :

Retour à la DEVE des AAS espaces verts ? La réponse est nette et précise : NON ! Réponse sans surprise puisque le regroupement dans une même et seule direction de tous les personnels dont le cœur de métier est de mettre en œuvre les arrêtés de police de la municipalité est le fondement même de la création de la DPSP voulue par l’autorité politique. Cette revendication d’un retour à la DEVE est l’exemple type de la démagogie syndicale dont la seule finalité est de vendre de la carte syndicale et d’avoir des voix lors des élections.

Proposition du Supap-FSU : A la DEVE, il existe plus d’une vingtaine de postes budgétaires vacants d’agents de la surveillance. Que les syndicalistes de l’UNSA, de la CGT, de la CFTC, de SUD qui réclament si fort le retour des AAS à la DEVE montrent l’exemple : qu’ils fassent acte de candidature pour la DEVE ! Un peu de cohérence, pour ne pas dire d’honnêteté, serait la bienvenue.

§§§

Dans ce compte rendu nous lisons également : 

 

« Il y est indiqué que les AAS P&J bénéficient à titre dérogatoire de 11 repos fériés (et non de RC comme à la DEVE), que ces repos doivent être programmés à l’année et qu’en cas d’ASA ceux-ci doivent être reprogrammés. »

 

Nous réfutons totalement cette affirmation. En effet, lors des négociations avec les autorités politiques et le secrétariat général pour le transfert des AAS de la DEVE dans la future DPSP le mot « repos fériés » n’a jamais été prononcé : jamais.

A ce niveau de responsabilités les mots ont un sens et pour nous aussi.

 

RC (repos compensateurs) ou RF (repos fériés) : ce n’est pas la même chose et l’emploi d’un mot à la place d’un autre est rarement innocent et c’est vous, AAS des « espaces verts », qui en paierez la note !

Voilà le piège : un « repos férié » est donné en compensation d’un férié travaillé et comme les AAS en roulement dans les espaces verts travaillent, en moyenne huit (8) fériés par an, l’administration prépare le terrain pour, à terme remplacer les 11 RC par six (6) où huit (8) repos fériés par an.

 

Laissons parler notre colère parce que trop : c’est trop ! Face à l’employeur quand on prétend négocier au nom des agents, compétence et clairvoyance sont plus utile que vent et baratin car en fin de processus, ce sont les agents qui en paieront la note par une diminution substantielle des jours de repos !

§§§

Autre sujet qui nous interpelle :

Nous lisons : « Nous demandons le libre arbitre des responsables de brigades concernant la gestion et l’équilibrage des plannings…… surtout l’autonomie de gestion de ces derniers… ».

ATTENTION DANGER ! Là encore pas d’amateurisme sur ce sujet qui concerne directement la qualité de vie des personnels. Les cycles de travail sont votés par le conseil de Paris et le planning des jours travaillés et non travaillés est arrêté annuellement, en début d’année civil, par l’administration dans le cadre strict des textes. En cours d’année des modifications du planning individuel de l’agent peuvent intervenir sur la demande de l’agent ou de sa hiérarchie et ces modifications ne peuvent être imposées ni par l’agent, ni par la hiérarchie.

Comment peut-on demander à ce que des faisant fonctions de responsable de brigade puissent avoir, comme ça, la haute main sur le planning des agents et cela au mépris des textes !

Là encore incohérence et amateurisme ; la preuve :

Depuis de nombreuses années, seul contre l’administration et – malheureusement – les autres syndicats, le SUPAP-FSU demande la création en grade statutaire de la fonction de responsable de brigade. Cela nous a toujours été refusé.

Conséquences :

  • Les critères pour devenir responsable de brigade ne sont pas définis et donc, parfois, très aléatoires. Cela pose souvent souci d’ailleurs à celles et ceux des responsables de brigades dont les compétences professionnelles et les valeurs humaines ne sont jamais prises en défaut car l’amalgame est trop souvent fait entre bons et mauvais encadrants. Cela est bien dommage !!!

 

  • Pour la surveillance, d’un point de vue statutaire en cas de problème sérieux le responsable hiérarchique est le cadre B puisque aucun grade fonctionnel existe en catégorie C pour la surveillance.

Sur ce sujet aussi il est bien dommageable pour les personnels de la surveillance que le SUPAP-FSU a toujours été dénigré par des syndicalistes populistes qui ne travaillent que pour eux et leurs petits intérêts de boutique.

§§§

Un dernier point très important. L’état impose la renégociation des accords sur le temps de travail : la durée annuelle, les cycles de travail par corps, directions, type de fonctions….etc. Le SUPAP-FSU sera présent, actif et positif bien évidemment mais, personnels de la DPSP vous pouvez être légitimement inquiets !

Crépy, le 13 septembre 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article