Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

9 mois après le début de la crise sanitaire, le gouvernement confine de nouveau le pays.

Il s’agit en réalité d’un couvre-feu généralisé : les crèches et établissements scolaires restent ouverts, comme de nombreux services-publics, les industries ou le BTP.

Des dizaines de millions de personnes vont continuer à se déplacer pour travailler ou étudier mais ne seront pas autorisés à avoir une autre forme de vie sociale, amicale, familiale, militante, sportive, ou culturelle.

Métro, boulot, dodo.

Pourquoi ?

Parce qu’après 9 mois de crise sanitaire, rien n’a été fait pour la santé publique !

Dans les hôpitaux, aucun poste, aucun lit n’ont réellement été créés. Pratiquement rien n’a été fait pour anticiper cette seconde vague, ses effets…et l’éviter. Le gouvernement a refusé de distribuer gratuitement des masques. Les moyens pour réaliser massivement des tests de dépistage suivre et accompagner les personnes positives et malades ont été sous-évalués.

Pire, avant d’être désavoué par le conseil d’état, le gouvernement a renvoyé les personnes vulnérables au travail. Il a passé la quatorzaine à 7 jours et, de fait, a supprimé tout protocole sanitaire efficace dans les établissements scolaires.

Depuis deux mois, on s'entasse dans les transports en commun, parfois au travail, ou dans les salles de classes ou les universités. Des millions de personnes pauvres n’ont pas les moyens de se protéger (+ 1 million de pauvres cette année). Résultat, la circulation du virus explose, la nouvelle vague est là.

Après de dizaines de milliers de lits supprimés ces 20 dernières années, les services de réanimation des hôpitaux s’engorgent à nouveau. Les soignants sont empêchés de prendre leurs congés, de nombreux patients souffrant d'autres pathologies, parfois graves, se voient refuser l'accès aux soins à l'hôpital.

Des dizaines de milliards ont été accordés à des grandes entreprises qui continuent…à verser de l’agent à leurs actionnaires et à licencier !

Désormais, il faut des moyens massifs pour une vraie protection sanitaire : masques gratuits distribués partout, droit de ne pas travailler pour les personnes vulnérables, réduction du temps de travail pour éviter des transports bondés, moyens exceptionnels pour garantir la distanciation physique de l'école à l'université (réquisition de bureaux vides, installations de préfabriqués, embauche d'enseignants et d'animateurs).

Il faut des moyens massifs pour la santé : recruter massivement des personnels et rouvrir des lits dans les hôpitaux publics et les EPHAD, des médecins scolaires, des médecins du travail, des personnels sociaux et médico-sociaux.

Il faut des moyens massifs pour le social : pour nous assurer qu’aucun de nos concitoyen-ne-s ne soit laissé de côté face à la crise qui s’annonce, en prévoyant de vrais moyens de prévention et d’action garantissant la dignité (emploi, logement, ressources) pour tous-tes !

Pour nous contacter et vous informer :

cgt@us-cgt-spp.org

SYNDICAT-supap-fsu@paris.fr

https://www.facebook.com/parisnebatpasenretraite/

https://www.instagram.com/parisnebatpasenretraite/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article