Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

Le syndicat SUPAP-FSU apprend avec une profonde tristesse le décès d'Alain DERRIEN militant de l'US CGT avec lequel nous avons mené de nombreuses actions.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de l'US CGT et le témoignage d'un militant de notre syndicat.

Communiqué US CGT

Chèr.e.s camarades,

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès brutal de notre camarade Alain Derrien. Ancien Secrétaire général du syndicat des cadres de la Ville de Paris, membre du bureau de l’Union Syndicale des Services Publics Parisiens, son implication pour la défense des collègues, souvent les plus précaires, avait fait de lui un camarade apprécié de toutes et tous. Il avait fait de l’action juridique sa spécialité (et cela était bien utile dans une CGT qui négligeait souvent cet aspect de la bataille). Son action sans relâche dans le cadre juridique a permis une défense intransigeante des agents de la Ville de Paris, et a valu à la Ville de Paris bien des défaites : de la requalification de nombreux contrats précaires à l’annulation de la note sur le droit de grève en passant par l’obtention de locaux syndicaux.

C’est l’un des nôtres qui est parti et à qui nous souhaitons rendre un chaleureux hommage ici, en attendant de pouvoir le faire en personne.

Témoignage d’un militant du SUPAP-FSU

C’est profondément bouleversé que je viens d’apprendre le décès de mon camarade Alain Derrien longtemps responsable de l’action juridique de l’union syndicale CGT.

Bien des choses nous séparaient, des expériences de vie et d’activité militantes entre autres, mais bien plus nous réunissaient entre autres la conviction qu’il fallait défendre par tous les moyens les droits des salariés à la Ville de Paris comme ailleurs face à des employeurs et des gouvernements qui usaient de toutes les ficelles pour les remettre en cause, avec souvent la plus grande mauvaise foi… Et la plus grande langue de bois.

Nous n’avions aucune formation juridique universitaire ou dispensée par l’employeur. En cheminant ensemble, en partageant et échangeant des dossiers, en débattant, et malgré des caractères bien différents nous nous sommes appris mutuellement et je lui en suis reconnaissant. Impossible de ne pas saluer son travail acharné bien au-delà des heures de travail normal et alors qu’il n’était pas permanent syndical. Impossible d’oublier son obstination, souvent féconde sur le terrain juridique, qui en imposait à la partie adverse et malgré parfois les coups de fatigue sa grande générosité et attention aux personnes que nous défendions et qui seront attristées d’apprendre son décès. 

Nous nous étions rencontrés en 2011 pour agir ensemble aux prud’hommes pour la requalification en CDI de nos collègues en contrats aidés et l’amélioration de leurs conditions d’emplois et de travail ainsi que de celle de tous les précaires et cela jusqu’en 2019 tant sur le plan juridique qu’en participant à leurs mobilisations ou encore au comité technique central.

Le SUPAP-FSU et l’US CGT en conduisant depuis 2012, plus de cent instances devant le tribunal des prud’hommes et jusqu’en cours de cassation, la plupart avec succès, ont obtenu de nombreuses requalifications de personnels en CDI débouchant sur des indemnités importantes et y compris pour une partie des agents sur des postes de fonctionnaires. La cour de cassation a en particulier reconnu que les contrats aidés ne devaient pas occuper des emplois de fonctionnaires (c’est d’ailleurs un motif de requalification en contrat à durée indéterminée) mais il est encore difficile de faire respecter ce droit par la Ville de Paris. En 2018, suite à la suppression des contrats aidés et en participant au Collectif des contrats nous avons réussi à limiter partiellement la casse en prolongeant de nombreux contrats et des recrutements sur des postes de fonctionnaires.

En agissant de concert et avec succès au tribunal administratif et au conseil d’Etat nous avons fait obstacle à plusieurs reprises aux remises en cause du droit de grève à la Mairie de Paris ou encore fait reconnaitre auprès du TGI la légitimité de l’action juridique du CHSCT sur les modalités du droit à expertise des CHSCT qui malheureusement sont voués à disparition en 2022.

Je me souviens aussi de nos discussions sur le sens et l’avenir du syndicalisme, les moyens de lutte, l’éthique.

Alain, tu manqueras aux personnels de la Ville de Paris et au mouvement syndical. Une dernière fois salut camarade !

Benjamin POIRET

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article