Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

VACANCES DE NOEL :

DES CONDITIONS D’ACCUEIL DEGRADEES

 

REGROUPEMENTS DE CENTRE

 

Le SUPAP-FSU dénonce les nombreux regroupements de centre de loisirs à l’occasion des vacances, en général, et de Noël en particulier, alors que la DASCO s’était engagée à les limiter autant que possible.

 

Nous comprenons bien la nécessité d’effectuer des regroupements pour permettre la réalisation de travaux dans les établissements scolaires, lorsque ceux-ci ne sont pas compatibles avec l’accueil du public. De même, il ne nous paraît pas illégitime pour des raisons pédagogiques de regrouper deux accueils dont la fréquentation ne dépasse pas une dizaine d’enfant par centre.

 

En revanche, nous nous opposons fermement au regroupement de 2 voire 3 accueils de loisirs ayant pour conséquence la concentration d’une centaine d’enfants sur un même lieu. Ceci est dommageable à la fois pour les personnels et pour les usagers. En agissant de la sorte, la DASCO propose un service public dégradé et provoque la démotivation des équipes d’animation.

 

Ces situations sont d’autant moins acceptables quand elles ont pour motivation l’économie d’une cantinière de la Caisse des écoles ou lorsqu’elles sont dues à un calendrier de pré-inscription trop précoce. Des fermetures d’écoles ont, en effet, été décidées début novembre pour permettre l’ouverture de la pré-inscription aux familles le 18 novembre, alors que finalement les travaux n’auront pas lieu et que l’accueil aurait pu se faire dans de bonnes conditions sur certains établissements !

 

OUVERTURE DE POSTES POUR ACCUEILLIR

LES ENFANTS PORTEURS DE HANDICAP

 

Nous alertions la directrice il y a plus d’un mois et demi sur les difficultés à obtenir l’ouverture de postes PPS/PPVP et sur les conditions d’accueil des enfants porteurs de handicap (voir PJ). Les mois passent et rien ne change !

 

À quelques jours des vacances de Noël, les REV sont toujours en attente de confirmation de l’ouverture de postes, et ce alors que des enfants porteurs de handicap sont préinscrits depuis le 18 novembre ! Cette situation est aberrante et peu respectueuse pour les animateurs référents qui ne savent toujours pas s’ils vont travailler. Dans ces conditions, certains acceptent des postes sur d’autres unités et ne seront plus disponibles si les postes PPS/PPVP sont confirmés au dernier moment. Il n’y aura plus de référent pour ces enfants et cela provoquera des situations compliquées et une dégradation de la qualité d’accueil.

 

Le SUPAP-FSU demande à la DASCO de confirmer l’ouverture d’un poste dès qu’un enfant porteur de handicap est préinscrit sur Facilfamilles.

 

Sur le nombre de postes ouverts, il n’y a pas de bonnes nouvelles non plus ! Il semblerait que l’on soit toujours sur un poste pour 3, 4, ou 5 enfants porteurs de handicap, ce qui est extrêmement préjudiciable aux personnels et à la qualité du service public.

 

JOURNEE DU 2 JANVIER

 

Sur la question de la journée de centre de loisirs le 2 janvier, nous n’accablons pas la DASCO. L’animation est de nouveau le bouche-trou de l’éducation nationale, et c’est bien regrettable, mais ceci est vrai sur l’ensemble du territoire national. Ce n’est pas la ville de Paris qui décide d’octroyer un jour de congé aux enseignants, et il n’est pas anormal que nous assurions une continuité du service public ce jour. Et ce d’autant que le nombre de jours travaillés en 2017 sera malgré cela inférieur à 2016. Par ailleurs, nous avons également été victimes d’un calendrier scolaire délirant pour les vacances de la Toussaint avec des semaines tronquées défavorables aux équipes d’animations.

 

Dans ces conditions, nous n’appellerons pas à une mobilisation des personnels le 2 janvier.

 

Ø D’une part une toute petite minorité d’agent travaille ce jour et il nous semble essentiel de proposer un mouvement de grève un jour où l’ensemble des personnels peut se mobiliser.

 

Ø D’autre part nous estimons que l’ensemble des dysfonctionnements, des rémunérations indécentes et des conditions de travail dégradées nous impactent toute l’année et pas seulement sur une journée : hygiène des enfants, octroi de postes PPS/PPVP, prime animateur lecture affligeante, problème récurrent de recrutement, pré-inscription lacunaire, absence de temps de réunions avec les ASEM, situation des vacataires, refus de temps partiel, etc etc…

Enfin, nous prenons acte de l’augmentation du nombre de poste sur cette journée. Nous mettons néanmoins la DASCO en garde sur le risque d’afflux d’enfants non-inscrits au dernier moment. Sur certaines écoles à la Toussaint, plus de la moitié des enfants sont venus au centre de loisirs sans être préinscrits, ceci étant un signe de l’inefficacité du dispositif. Nous craignons sur cette journée particulière que de nombreux parents envoient leurs enfants au centre de loisirs ce jour au dernier moment, beaucoup pensant qu’il y a école ce jour ! Ceci pourrait mettre en danger les équipes d’animation et les enfants accueillis.

 

Notre syndicat constate, sur la base des nombreuses remontées de terrain, un mécontentement récurrent des animateurs/trices quant à la reconnaissance de leur métier. Il est urgent de valoriser concrètement l’implication des agents (formation diplômante, temps de préparation, rémunération, etc..). Les missions doivent être mises en perspective de manière constructive, dans le cadre du travail sur les règlements de service en 2017.