Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

A l’époque, Paris n’est pas une municipalité de plein droit. Les personnels de la Mairie de Paris sont gérés par la Préfecture et non par  le Conseil de Paris qui dispose de peu de pouvoir.

Le samedi 18 mai 1968, à Saint-Ouen, les personnels de la SITA (entreprise privée) chargés de l’enlèvement des ordures  cessent le travail. Le lendemain, les autres travailleurs de la SITA s’arrêtent également à l’appel des syndicats sur les sites de Romainville, Clichy, Aubervilliers actuellement dédiés au service municipaux de la Ville de Paris.

La grève, s’installe dans les services et à l’office d’HLM dans la semaine du 20 mai,  parmi les éboueurs, les personnels des espaces verts, les personnels d’entretien, les éboueurs, mais aussi les personnels administratifs. Elle ne respectera pas la durée légale de préavis, comme pour les manifestions massives du 13 mai et comme  partout dans la fonction publique et les transports.

Cette histoire n’a pas donné lieu à témoignage écrit. Les « anciens »  n’ont pas le souvenir d’assemblée générale regroupant tous les personnels de la Ville, d’occupations des lieux de travail ou de manifestation spécifique Ville de Paris. Le travail reprendra d’ailleurs assez rapidement après , tout de même deux semaine de grève. Pour beaucoup le nettoyage des rues qui reprendra les 5 ou 6 juin donne autant le signal de la fin de la grève que le retour des livraisons d’essence.

Le tract de la CGT, de la CFDT de FO et de la CFTC du 21 mai, ci-joint, appelle, les 2000 agents du centre administratif Morland de la Préfecture de Paris à se mettre en grève malgré un vote majoritairement négatif des quelques 900 agents ayant participé à la consultation par les syndicats (393 pour, 493 contre et 49 sans opinion) . Certains déjà en grève ou absents ne participe pas au vote selon ce document et il est impossible de tenir une réunion d’information du fait de l’administration.

Si vous avez d’autre témoignage, n’hésitez pas à nous les faire parvenir nous les publierons.

 

Le tract sur deux pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article