Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par SUPAP-FSU

La CGT et le SUPAP-FSU ont rencontré la DRH le 19 juillet sur la situation des personnels en contrats aidés.

La DRH confirme une situation catastrophique pour de nombreux agents, mais aussi pour les services de la Ville de Paris.

La Ville de Paris a fait valoir auprès de Pôle emploi que l’année 2018 devait être une année de transition pour permettre de trouver un emploi  aux agents en place et qui pouvaient espérer conformément à la loi le renouvellement de leurs contrats.

Dans ce cadre, depuis juin, 70% des contrats renouvelables ont été renouvelés. Mais à l’heure actuelle il ne reste plus que 700 agents à la Ville. – hors contrats d’avenir qui restent en  place jusqu’à la fin de leur contrat – Selon la DRH, il n’y aura plus que 300 agents à la fin de l’année.

La DRH n’ pas de visibilité sur les crédits de l’Etat disponibles pour la Ville de Paris cette année  et estime que Pôle emploi n’a pas non plus cette visibilité

La DRH assure faire le maximum pour accompagner les agents en contrat aidé. Ainsi en 2017 le nombre d’heures de formation aurait augmenté de 24%.

Pour les agents reconnus travailleurs handicapés, elle envisage des recrutements réservés.

La CGT et le SUPAP-FSU ont demandé :

  • Un bilan des recrutements des personnels en contrat aidé dans l’ensemble des filières
  • Une accentuation des efforts de formation et de suivi personnalisé que nous estimons insuffisants. La Ville de Paris, à notre demande, devrait interpeler Pôle emploi sur la prolongation des contrats en cas de formation longue, comme le prévoit la loi, ce qui est actuellement refusé
  • Un suivi des collègues dont le contrat s’interrompt, suivi que la DRH renvoie essentiellement sur Pôle emploi, qui n’a manifestement pas les moyens de suivre les demandeurs d’emploi.
  • Des solutions provisoires en termes de vacations et CDD … Ce que font parfois les directions de la Ville au cas par cas

Et le « nouveau » parcours emploi compétence ?

En 2019 la Ville de Paris devrait entrer pleinement dans le dispositif PEC sans que l’on sache le nombre de personnes qui pourraient être concernées.

Ce dispositif ne modifie pas les dispositions légales sur les contrats aidés. En conséquence les agents actuellement en contrat aidé ne peuvent pas voir se succéder,  à la Ville de Paris un CUI puis un PEC. Il vise à une insertion rapide et offre donc peu de perspectives aux seniors et aux agents reconnus travailleurs handicapés.

Voir, en pièce jointe,  la circulaire de l’Etat et l’arrêté préfectoral.

Un bilan du recrutement sans concours d’adjoints administratifs

1049 dossiers ont été déposés pour ce recrutement,  242 personnes ont été retenues pour se présenter et 101 collègues sont recrutés comme adjoints administratifs stagiaires.

Parmi ces recrutements, 51 contrats uniques d’insertion en poste et 19 anciens CUI. sur les 101 postes,  46 postes ont été offerts à la DDCT, 14 à la DASES et 10 à la DFA.

Les agents en place ont obtenu, si nécessaire,  des CDD en attente du recrutement comme stagiaire.

Nous avons interrogé la DRH sur l’absence de sélection de certains collègues. Selon la DRH, des collègues n’ont pas été sélectionnés parce que leurs profils n’auraient pas correspondu aux postes sur lesquels des recrutements étaient possibles : comptable, relation avec le public et secrétariat. Pourtant,  ils assuraient bien des fonctions d’adjoint administratif. Cette réponse ne nous satisfait donc pas puisque ces collègues occupaient des emplois permanents.

Ces 101 postes sont bien le résultat de nos actions avec le Collectif des contrats aidés mais sont en réalité très insuffisants pour répondre aux besoins.

Un nouveau rendez-vous se tiendra fin septembre ou en octobre avec la DRH pour voir les perspectives de fin d’année 2018 et sur 2019.

 

circulaire sur la mise en place des PEC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article